Partager cet article

La meilleure bière du monde existe, nous l'avons rencontrée

Barack Obama célèbre la Saint-Patrick à  Washington, le 17 mars 2012. REUTERS/Jonathan Ernst

Barack Obama célèbre la Saint-Patrick à Washington, le 17 mars 2012. REUTERS/Jonathan Ernst

En ce jour de la Saint-Patrick, où l'on consomme avec modération, faisons un peu de maths pour la mettre en équation, mais sans pression.

Parce que la bière, c’est sérieux, Taylor Walker, une chaîne britannique de pubs, a commandé en 2012 une étude vidant à déterminer l’équation de la pinte parfaite. De nombreux buveurs de bière ont été interrogés sur les facteurs suivants:

  • à quelle température (de l’air, pas de la pinte) la pinte parfaite doit-elle être bue?
  • quel temps devrait-il faire ce jour-là?
  • combien vous resterait-il de temps avant de retourner au travail?
  • avec combien de personnes voudriez-vous partager cette pinte?
  • quel genre d’humeur rend la bière meilleure?
  • savourez-vous mieux votre bière s’il y a du sport à la télé, de la musique (et à quel volume ?), des jeux (fléchettes, cartes…), de chouettes choses à manger, des gens partout?
  • l’endroit idéal est-il un pub (à l’intérieur ou en terrasse ?), à la maison (à l’intérieur ou dans le jardin?), au restaurant, ailleurs?
  • quelle est la durée idéale pour savourer sa pinte?

Après avoir compilé le millier de résultats obtenus, les chercheurs ont abouti à l’équation suivant :

P = – (0,62 T2 + 39,2J2 + 62,4P2) + (21,8T + 184,4J + 395,4 C + 94,5 H – 90,25V) + 50 (G + N + 6,4)

où P est un nombre indiquant le plaisir pris lors de la dégustation de la pinte,

T la température ambiante (en degrés Celsius),

J le nombre de jours avant de retourner au travail,

C le nombre de compagnons de boisson,

H un nombre indiquant l’humeur du jour,

V un nombre indiquant le volume de la musique jouée,

G et N des nombres indiquant la disponibilité de petites choses à grignoter et de « vraie » nourriture.

La conclusion de l’étude est la suivante: la pinte idéale se boit à une température extérieure de 17,8°C, deux jours avant de retourner travailler, accompagné(e) de 3 ou 4 personnes, en étant de bonne humeur, en écoutant de la musique calme et en ayant à disposition plein de choses à manger.

D’autres statistiques ont pu être faites à partir de cette étude. On apprend notamment que les hommes préfèrent boire à l’intérieur mais pas les femmes, que ces messieurs boivent généralement plus vite, et qu’ils sont nombreux à apprécier de regarder un match (ce qui, au contraire, est strictement proscrit par une partie des femmes interrogées).

Du côté des caractéristiques liées à l’âge, plus on est jeune, plus on apprécie de noyer son chagrin dans l’alcool (ce qui est le cas de 0% des plus de 65 ans interrogés). De même, plus on est âgé, plus on aime consommer sa pinte dans un endroit dégagé; les pubs bondés, très peu pour les seniors.

Autre stat tristement édifiante: il semblerait que plus la catégorie socioprofessionnelle est élevée, plus le temps mis à boire la pinte est long. Sans doute parce que certains ont davantage de temps pour la boire tandis que les autres ont plus de soucis à noyer dans la bière… 

Mais pour cette Saint-Patrick, oublions les dissensions, et buvons cette pinte idéale tous ensemble.

Thomas Messias

Source : Mindlab International.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte