Culture / Culture

Quelle est l'histoire de Deep Note, le son du THX, l'un des sons les plus connus du cinéma?

Temps de lecture : 2 min

)

Le «Deep Note» de THX est le son diffusé au cinéma pour signaler la qualité du son du film qui s'apprête à être projeté. Parodié par Les Simpsons et samplé par Dr. Dre, à l'apogée de sa popularité il était diffusé dans 4.000 cinémas par jour, rapporte FastCoDesign.

Le site explique son origine: une invention personnelle de James A. Moorer, employé de la division informatique de Lucasfilm. «THX était à l'époque le nouveau standard d'authentification de la qualité audio de Lucasfilm, un projet jailli de l'envie de George Lucas d'assurer que Le Retour du Jedi serait diffusé en salles avec la meilleure qualité possible. Alors que Le Jedi allait bientôt sortir, l'équipe de THX était occupée à chercher un symbole pour signaler son existence, à montrer avant le film, et ils voulaient qu'un son spécifique l'accompagne.»

Moorer travailla avec un microprocesseur optimisé tout juste construit par Lucasfilm: l'ASP, utilisé pour mixer les sons du Jedi, d'Indiana Jones et quelques autres de leurs productions des années 1980.

Avec ce microprocesseur, «manipulant le son d'un violoncelle comme base, Moorer écrivit une "partition" consistant en 20.000 lignes de code, qui crachait ensuite un nouveau son à chaque fois que le programme était enclenché». Il fit un choix parmi ces sons: élisant celui que tout le monde aimait. Que vous connaissez.

Charlotte Pudlowski journaliste, créatrice et rédactrice en chef du podcast Transfert

Newsletters

New York, années 1980, souvenirs d’une époque disparue

New York, années 1980, souvenirs d’une époque disparue

Regarder les photographies de New York prises par Robert Herman dans les années 1980, c’est un petit peu comme regarder un film. Une fois transportés vers une époque de New York de plus en plus aimée et mythifiée à mesure qu’on s’en éloigne, le...

Beyoncé et Britney Spears doivent beaucoup à Michael Jackson (pas le chanteur, le danseur)

Beyoncé et Britney Spears doivent beaucoup à Michael Jackson (pas le chanteur, le danseur)

Moonwalk, anti-gravity lean, balancé testiculaire… Michael Jackson maîtrisait certes des «steps» hors de portée du commun des mortels, mais il a surtout introduit une certaine idée du métissage chorégraphique sur les dance floors.

Voici ce que vous auriez pu faire des 16.000 ans que vous avez passé à regarder «Gangnam Style»

Voici ce que vous auriez pu faire des 16.000 ans que vous avez passé à regarder «Gangnam Style»

Le clip de Gangnam Style, le tube du sud-coréen Psy, a dépassé la barre des 2 milliards de vues sur Youtube cette semaine. Depuis le 12 juillet 2012, date de mise en ligne de la vidéo sur YouTube, nous aurions ainsi passé plus de 140 millions d...

Newsletters