Culture

Trop de bonnes séries télé, pas assez de temps pour les regarder

Temps de lecture : 2 min

Série House of Cards / Matteo Bitanti via Flickr CC License By
Série House of Cards / Matteo Bitanti via Flickr CC License By

Dans le New York Times, David Carr expose un problème qu’il n’est certainement pas le seul à avoir: regarder ses séries préférées prend du temps. Du temps que l’on n’utilise plus pour autre chose. Pour lire des magazines, des livres, ou pour aller au cinéma, par exemple.

Selon David Carr, il n’y a rien d’étonnant à cet intérêt croissant pour les séries télé. Un «excès d’excellence» y règne:

«Les trois caméras et la bande-son de rires des sitcoms ont été remplacées par des émissions de télévision qui ressemblent beaucoup plus à des livres –des histoires complexes pleines de dialogues, de sous-entendus, et d’indices.»

Même les habitués du grand écran se convertissent, à l’instar de David Fincher, producteur de House of Cards, ou encore Guillermo del Toro qui a créé The Strain. Les conversations aussi tournent davantage autour des séries télé que de films ou de bouquins, assure David Carr.

Dans cet «âge d’or de la télévision», toute la difficulté est de dégager du temps pour ne louper aucun épisode. Sinon, c’est la culpabilité assurée. David Carr en fait les frais:

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

«Suis-je une mauvaise personne parce que j’ai raté Top of the Lake [sur Arte en France] sur Sundance?»

Newsletters

Festival de Cannes, jour 8: «De humani corporis fabrica», à corps perçus

Festival de Cannes, jour 8: «De humani corporis fabrica», à corps perçus

Entièrement tourné à l'hôpital, le film de Lucien Castaing-Taylor et Véréna Paravel invente de nouvelles possibilités de voir ce qu'est chacun de nous, physiquement et comme être social, grâce à des approches inédites et à un sens fulgurant de la beauté.

«Les Crimes du futur» de Cronenberg n'est pas le choc annoncé

«Les Crimes du futur» de Cronenberg n'est pas le choc annoncé

Loin des rumeurs de film scandaleux, le nouveau film de David Cronenberg est une œuvre de science-fiction plutôt méditative… et incomplète.

Festival de Cannes, jour 7: «R.M.N.» cartographie l'écheveau des replis et régressions de la vieille Europe

Festival de Cannes, jour 7: «R.M.N.» cartographie l'écheveau des replis et régressions de la vieille Europe

Le film de Cristian Mungiu déploie dans toute son ampleur un constat que décrivent aussi plusieurs autres films du festival, dont deux beaux films portugais étrangement similaires, «Alma Viva» et «Restos do Vento».

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio