Culture / Culture

Trop de bonnes séries télé, pas assez de temps pour les regarder

Temps de lecture : 2 min

Série House of Cards / Matteo Bitanti via Flickr CC License By
Série House of Cards / Matteo Bitanti via Flickr CC License By

Dans le New York Times, David Carr expose un problème qu’il n’est certainement pas le seul à avoir: regarder ses séries préférées prend du temps. Du temps que l’on n’utilise plus pour autre chose. Pour lire des magazines, des livres, ou pour aller au cinéma, par exemple.

Selon David Carr, il n’y a rien d’étonnant à cet intérêt croissant pour les séries télé. Un «excès d’excellence» y règne:

«Les trois caméras et la bande-son de rires des sitcoms ont été remplacées par des émissions de télévision qui ressemblent beaucoup plus à des livres –des histoires complexes pleines de dialogues, de sous-entendus, et d’indices.»

Même les habitués du grand écran se convertissent, à l’instar de David Fincher, producteur de House of Cards, ou encore Guillermo del Toro qui a créé The Strain. Les conversations aussi tournent davantage autour des séries télé que de films ou de bouquins, assure David Carr.

Dans cet «âge d’or de la télévision», toute la difficulté est de dégager du temps pour ne louper aucun épisode. Sinon, c’est la culpabilité assurée. David Carr en fait les frais:

«Suis-je une mauvaise personne parce que j’ai raté Top of the Lake [sur Arte en France] sur Sundance?»

Newsletters

Quand «L'Ordre moral» s'enflamme

Quand «L'Ordre moral» s'enflamme

Véridique et romanesque, le récit du film de Mário Barroso est porté à incandescence par la fusion de la mise en scène et du jeu de son actrice principale.

Lucrative mais contraignante, la rentrée littéraire vue par les libraires

Lucrative mais contraignante, la rentrée littéraire vue par les libraires

Avec près de 500 titres publiés à ce moment de l'année, la clientèle revient en magasin. Mais pour acheter quoi?

Harry, «43 ans, chic type», esclave de George Washington

Harry, «43 ans, chic type», esclave de George Washington

L'incroyable vie de l'esclave du père fondateur américain demeure méconnue aux États-Unis. Will Butler lui rend hommage dans une chanson de son album «Generations» qui sort le 25 septembre.

Newsletters