Culture / Parents & enfants

A 7 ans, elle chante (bien) du Billie Holiday. Pourquoi suis-je gênée?

Temps de lecture : 2 min

Si votre enfant chantonne du Maitre Gims, cette vidéo va vous désespérer.

On a les émissions qu’on mérite. En France, la version d’Incroyable talent a permis au public (qui n’en demandait pas tant) de découvrir Busty Heart. Soit une femme qui casse des pastèques avec ses seins. La version norvégienne, elle, offre un spectacle autrement plus éthéré.

A 7 ans, Angelina Jordan cite Julie London, Nancy Sinatra and Shirley Bassey comme ses artistes préférés. Et pour participer au télé-crochet dans sa mouture norvégienne, elle a choisi d’interpréter Gloomy Sunday dans sa version chantée par Billie Holliday. Le résultat est tout simplement sidérant.

«Nouvelle Amy Winehouse», «Une vieille âme dans un jeune corps»… Depuis sa prestation, la petite fille a droit à un déluge de compliments énamourés. Pourtant, peu de personnes semblent être gênées par la chanson choisie par l‘enfant.

Gloomy Sunday, aussi appelée «la chanson du suicide», est en effet précédée par sa réputation.

Elle a été composée par le compositeur hongrois Rezső Seress en 1933. En janvier 1968, il tente de se suicider en se défenestrer. Il finit par se donner la mort à l’hôpital à l’aide d’un câble.

A cause de cette histoire et du caractère particulièrement mélancolique de la chanson, le titre est accusé de pousser ses auditeurs en suicide. Quand Billie Holiday la reprend, sa version est jugée tellement déprimante qu’elle est interdite de diffusion par la BBC

Le chanteur Leonard Cohen, pas franchement connu pour son sens de la fête, aurait toujours fait en sorte de ne jamais la chanter en public pour ne pas pousser les spectateurs à commettre l’irréparable.

Il faut dire qu’en dehors même de la mélodie, les paroles ne sont pas très riantes. Serge Gainsbourg s’est d’ailleurs lui aussi essayé à la reprise et n’en est pas sorti totalement indemne.

Sombre dimanche
Les bras tout chargés de fleurs
Je suis entré dans notre chambre
Le coeur las car je savais déjà
Que tu ne reviendrais pas
Et j'ai balancé des mots d'amour et de douleur
Je suis resté tout seul comme un con pauvre conne
Et j'ai pleuré tout bas
En écoutant gueuler la plainte des frimas
Gloomy sunday
Je crèverai un dimanche où j'aurais trop souffert

Alors tu reviendras mais je serai parti
Des cierges brûleront comme un ardent espoir
Et pour toi sans effort, mes yeux seront ouverts
N'aie pas peur mon amour s'ils ne peuvent te voir
Ils te diront que je t'aimais plus que ma vie
Gloomy Sunday

Alors la fillette de 7 ans connaît-elle et comprend-elle les paroles? Il semblerait que oui. Interrogée par la télévision norvégienne à ce sujet, elle a répondu qu’elle «la comprenait très bien» et qu’il était très «difficile de mettre des mots sur ces choses bizarres qu’elle ressent» en la chantant. Si son interprétation est particulièrement saisissante, difficile de ne pas être mal à l’aise face à cette fillette qui chante les paroles d’une chanson d’une infinie tristesse.

Nadia Daam Journaliste

Newsletters

Une semaine sur un navire militaire aux côtés d'un peintre officiel de la Marine

Une semaine sur un navire militaire aux côtés d'un peintre officiel de la Marine

Éric Bari, peintre officiel de la Marine depuis 2003, nous a emmené en Méditerranée à bord du Cassard, une frégate anti-aérienne accueillant 220 marins.

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Vingt-cinq textes vieux de plusieurs siècles ont été transportés depuis le Mali, après avoir été cachés durant l'occupation djihadiste de Tombouctou, entre 2012 et 2013.

Moses Farrow, le fils de Woody Allen et Mis Farrow s'exprime, il faut aussi l'écouter

Moses Farrow, le fils de Woody Allen et Mis Farrow s'exprime, il faut aussi l'écouter

[BLOG You will never hate alone] Dans un long texte pudique et toute en retenue, Moses Farrow tient à dire sa vérité. À ses yeux, son père n'a jamais pu commettre les actes qui lui sont reprochés.

Newsletters