CultureCulture

La playlist de notre entretien autour du «Dictionnaire du rock» avec Michka Assayas

Johan Hufnagel et Jean-Marie Pottier, mis à jour le 10.03.2014 à 18 h 54

Peter Green, le guitariste de Fleetwood Mac, en 1970. W.W.Thaler - H. Weber, Hildesheim via Wikimedia Commons.

Peter Green, le guitariste de Fleetwood Mac, en 1970. W.W.Thaler - H. Weber, Hildesheim via Wikimedia Commons.

Après 1h30 d’entretien sur la réédition du Dictionnaire du rock, en relisant nos notes, il était clair que nous allions devoir ne conserver qu’une petite partie des propos de Michka Assayas et «choisir un angle». Exit la culture musicologique des critiques rock («inexistante ou presque», de toute façon on s’en fout), exit l’histoire du rock, «cette imposture qui finit par devenir authentique».

Exit les évolutions des querelles de chapelle, du sectarisme, du snobisme du rock critic qui «ne voulait pas parler avec quelqu’un qui écoutait des trucs qu’il méprisait». Exit le rock français. Exit l’âge des contributeurs de l'ouvrage, leur propension à «parler de groupes obscurs post-rock dans la lignée de Godspeed You Black Emperor» et leur difficulté à se lancer sur «un article solide et non méprisant sur Beyoncé ou Maroon Five».

Mais il nous fallait une façon de résumer tout ça et de montrer le foisonnement de ce dictionnaire et ses 3.300 et quelques pages. Quoi de mieux qu’une bonne playlist Spotify regroupant les noms des groupes ou chanteurs cités au cours de cet entretien? Michka Assayas n'aurait peut-être pas choisi ces titres-là, sélectionnés par nous-mêmes.

Mais de A comme The Animals à X comme XTC (il ne manque que les Beatles, question de droits), il donne en 33 morceaux, comme autant de tours d'un vinyle, une assez bonne idée de la diversité de cette encyclopédie.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte