Culture / Culture

Les haters vont détester (les vainqueurs de prix littéraires). Selon une étude.

Temps de lecture : 2 min

DR
DR

«Haters gonna hate», c'est comme ça. Les rageux vont rager. Grande loi des Internets, cette maxime ne surprend plus personne. Il y a aura toujours des gens pour détester. Mais pourquoi? Les scientifiques se sont interrogés, nous vous en avions déjà parlé, et avaient conclu que l’humanité se divisait donc en deux parties : les haters et les lovers. Mais le pourquoi restait sans réelle réponse.

Et puis d’autres se sont penchés sur cette question cruciale.

Deux professeurs d’économie, Balazs Kovacs de l’université de Lugano et Amanda Sharkey de l’université de Chicago ont eu l’idée de comparer —c’est le New York Times qui a repéré leur note— les commentaires des internautes concernant une série de livres nommés et/ou récompensés par des prestigieux prix littéraires. Logiquement, à partir du moment où ces livres devenaient plus connus, la proportion de commentaires négatifs augmentait.

Les deux auteurs de la note attribuent ce phénomène à deux facteurs. Le premier, c’est que les lecteurs ont tendance à juger plus sévèrement un livre qui a reçu, ou est en course pour recevoir, un prix. Le second, c’est le snobisme. Pour ceux qui valorisent l’exclusivité, savoir qu’un livre va devenir populaire parce qu’il va être récompensé suffit à jeter un regard négatif sur ce livre.

On parie qu’un certain nombre d’entre vous vont détester cette note? Rendez-vous dans les commentaires ou sur les réseaux socio-numériques!

Slate.fr

Newsletters

New York, années 1980, souvenirs d’une époque disparue

New York, années 1980, souvenirs d’une époque disparue

Regarder les photographies de New York prises par Robert Herman dans les années 1980, c’est un petit peu comme regarder un film. Une fois transportés vers une époque de New York de plus en plus aimée et mythifiée à mesure qu’on s’en éloigne, le...

Beyoncé et Britney Spears doivent beaucoup à Michael Jackson (pas le chanteur, le danseur)

Beyoncé et Britney Spears doivent beaucoup à Michael Jackson (pas le chanteur, le danseur)

Moonwalk, anti-gravity lean, balancé testiculaire… Michael Jackson maîtrisait certes des «steps» hors de portée du commun des mortels, mais il a surtout introduit une certaine idée du métissage chorégraphique sur les dance floors.

Voici ce que vous auriez pu faire des 16.000 ans que vous avez passé à regarder «Gangnam Style»

Voici ce que vous auriez pu faire des 16.000 ans que vous avez passé à regarder «Gangnam Style»

Le clip de Gangnam Style, le tube du sud-coréen Psy, a dépassé la barre des 2 milliards de vues sur Youtube cette semaine. Depuis le 12 juillet 2012, date de mise en ligne de la vidéo sur YouTube, nous aurions ainsi passé plus de 140 millions d...

Newsletters