En Italie, la femme de ménage d'un musée jette une installation d'art à la poubelle en pensant faire son travail

Capture d'écran de la vidéo de La Repubblica

Capture d'écran de la vidéo de La Repubblica

C'est une histoire qui fera rire tous ceux qui pensent que l'art contemporain est souvent une supercherie.

En Italie, une femme de ménage en poste dans un musée de Bari, Anna Macchi, a confondu deux installations, en papier journal et en carton, présentées dans le cadre d'un festival d'art contemporain (Display Mediating Landscape), avec des déchets. Les installations ont fini à la poubelle.

«Je ne me suis rendue compte de rien», explique-t-elle, loquace, à La Repubblica.

«Je suis allée ouvrir la salle, j’ai vu tout ce foutoir par terre, les cartons, les bouteilles de verre au-dessus ses cartons, un vrai bordel. Alors j’ai pris les cartons, les bouteilles, j’ai tout mis dehors».

Et puis elle est allée jeter le tout.

«Comment j'aurais pu savoir? Est-ce que je culpabilise? Non, j'ai simplement fait mon travail. Mais est-ce que je suis triste? Triste oui.»

L'adjoint à la communication de la ville explique:

«Nous sommes évidemment fort mécontents de cet incident. Il est clair que la femme de ménage de la salle ne s'est pas rendue compte qu'elle venait de jeter deux oeuvres. Mais c'est là tout le mérite des artistes qui ont su interpréter au mieux le sens même de l'art contemporain, qui est d'interagir avec ce qui l'entoure.»

Même perception de la part du critique d'art italien Achille Bonito Oliva qui estime qu'il s'agit là «de situations d'ambiguité saine». Il rappelle que l'art contemporain se sert d'objets déjà existants, extraits de la vie quotidienne et banale. Une installation n'est pas un tableau délimité par un cadre, elle déborde.

«Il est donc facile que le regard trébuche et méprenne une oeuvre d'art. Cela est arrivé notamment en 1978 à la Biennale de Venise, quand un peintre en bâtiment avait  repeint ce qu'il pensait être une simple porte. C'était un chef d'oeuvre de Marcel Duchamp.»

D'autres installations, assurément moins célèbres que celle de Duchamp, (dont la déterioriation avait valu à la Biennale de devoir rembourser à la galerie le prix de l'oeuvre...) ont aussi fait l’objet d’une méprise. En 2011, une femme de ménage, à Dortmund en Allemagne, avait confondu une installation de l'artiste allemand Martin Kippenberger avec une baignoire sale et avait retiré la patine de la baignoire en caoutchouc placée sous des planches en bois empilées.

En Allemagne encore, en 1986, une «motte de beurre suintante» comme la décrit Le Figaro, de l'artiste allemand Joseph Beuys, dans un musée de Düsseldorf avait aussi été «nettoyée».