Culture / Culture

Buvons à la mémoire de Shirley Temple

Temps de lecture : 2 min

Shirley temple par @rsseattle Via Flickr, License CC
Shirley temple par @rsseattle Via Flickr, License CC

L'actrice américaine Shirley Temple est morte. C’était lundi 10 février en Californie, elle avait 85 ans, et laisse le souvenir d’une jeune fille pimpante, une enfant star lauréate de l’oscar de la jeunesse à 6 ans, à l’écran dès 3 ans et devenue célèbre avec ses rôles des années 1930: C'est pour toujours (1934), La Mascotte du régiment (1937), Petite princesse (1939).

Elle laisse aussi un cocktail, et peu de stars ont ainsi le privilège d’être bues dans le monde entier. Les origines du Shirley Temple restent incertaines, comme le soulignait Slate.com en 2012. On ne sait pas vraiment si des usines d’embouteillages s’approprièrent le nom de l’actrice ou si un barman de West Hollywood au restaurant Chasen’s, une institution de Beverly Hills, le lui configura un soir.

Selon cette version, c’était en 1938, le soir de son dixième anniversaire, Shirley dînait avec des adultes et se plaignait de ne pas pouvoir boire comme eux.

Un barman lui confectionna donc un cocktail sans alcool pour elle personnellement. Cocktail devenu «le parangon de la sophistication pré-adolescente, dégusté dans les bar mitzvahs et dans les restaurants pour des occasions spéciales».

Le Royal Hawaiian Hotel de Waikiki, où la star descendait régulièrement, prétend aussi avoir inventé la boisson. De même que le Brown Derby, à Hollywood, qui avait pour coutume de donner des noms de stars à ses cocktails.

Pour boire à la mémoire de Shirley Temple, il vous faut:

Un tumbler haut, rempli de ginger ale (soda au gimgembre) ou de soda citron-lime (type Sprite, 7Up). Rehaussez-le de grenadine, mais juste assez pour colorer le breuvage (allez-y d’autant plus mollo s’il s’agit d’un liquide industriel très sucré). Et ajoutez peut-être une touche de jus d’orange. Garnissez d’une cerise. Lâchez-vous sur la qualité des cerises.

Charlotte Pudlowski journaliste, créatrice et rédactrice en chef du podcast Transfert

Newsletters

Le jour où je suis devenu un homme

Le jour où je suis devenu un homme

[BLOG You Will Never Hate Alone] J'avais 13 ans. L'âge de la bar-mitsva. Quand on m'a amené de force à la synagogue lire un texte que je ne comprenais même pas.

Oui, De Funès a marqué l'histoire du septième art

Oui, De Funès a marqué l'histoire du septième art

En 2020, l'acteur devrait être honoré par la Cinémathèque. Et ça ne plaît pas à tout le monde.

«L’homme qui a surpris tout le monde», et le film aussi

«L’homme qui a surpris tout le monde», et le film aussi

Surgi de la steppe russe, ce conte singulier et transgressif révèle surtout une remarquable puissance de mise en scène.

Newsletters