Culture

«Breaking Bad», cette source inépuisable de LOL

Temps de lecture : 2 min

La diffusion de la série culte est terminée, mais pas la production de détournements, mash-up et autres productions décalées autour du show.

YOLO Walter ! - DR
YOLO Walter ! - DR

Depuis la diffusion de l'ultime épisode de la série outre-Atlantique le 29 septembre 2013, Breaking Bad a tiré sa révérence sur un joli doublé aux derniers Golden Globes début janvier (meilleure série dramatique et meilleur acteur pour Bryan Cranston). La production de remix et autres détournements n'a pas pour autant faibli, comme l'a démontré la semaine dernière un mash-up franchouillard désopilant repéré sur Fluctuat proposant un mix entre C'est pas sorcier et la série créée par Vince Gilligan:

Le lendemain, c'est à la vague de vidéos «Facebook lookback» que s'attaquait un fan de la série, en imaginant ce qu'aurait donné celle du personnage de Walter White:

Egalement mis en ligne la semaine dernière, le travail d'un amateur de dominos visiblement très fan de la série partagé sur YouTube:

L'occasion de ressortir du placard à archives divers détournements Breaking Badesques (notamment compilées sur le tumblr Heisenberg Chronicles) est trop belle, et voici quelques perles. Débutons par l'excellent mash-up The Walking Dead vs Breaking Bad proposé en septembre 2013 par CollegeHumor:

Le détournement de générique (nouveau montage, nouvelle bande son) est un classique du mash-up auquel Breaking Bad a souvent été confronté (il y a même une version Shérif fais moi peur), mais avouons une légère préférence pour la version The Office:

En août 2013, un astucieux montage faisait chanter à Walter White le My Way de Sinatra:

L'artiste californien Chad O'Dell Roberts s'est quant à lui essayé à dépeindre dans son visuel The Incredible Heisenberg! un Walter White version Hulk soulignant la dualité du personnage.

Mais la «fan creation» la plus étrange vue depuis un bail reste certainement le travail de cette taxidermiste anglaise qui a eu l'idée saugrenue de créer un rat Heisenberg à partir de la dépouille d'un rongeur, tout simplement:

Concluons en rappelant qu'au rayon gaudriole, l'équipe de Breaking Bad elle-même n'était pas la dernière, comme le rappelle cette improbable fin alternative (présente sur le coffret vidéo de l'intégrale de la série) qui voit Bryan Cranston retrouver son rôle de Hal, le père de famille dans la série Malcolm, ainsi que sa partenaire de l'époque, Jane «Lois» Kaczmarek:

En attendant le retour de certains personnages de la série dès novembre prochain sur la chaîne AMC dans le spin off Better Call Saul, n'hésitez pas à partager en commentaires les pastiches absents cette modeste rétrospective qui mériteraient le coup d'œil d'après vous...

Alexandre Hervaud

Newsletters

Splendeurs et misères d'«Illusions perdues»

Splendeurs et misères d'«Illusions perdues»

La brillante adaptation du chef-d'œuvre de Balzac par Xavier Giannoli réussit l'évocation d'une époque passée en suggérant le présent, mais surenchérit sur la noirceur au risque d'un dangereux déséquilibre.

«Succession» nous rapproche de l'expérience collective de «Game of Thrones»

«Succession» nous rapproche de l'expérience collective de «Game of Thrones»

Cette semaine, la grand-messe des séries. 

«Venom 2»: ils ont quand même réussi à faire pire que le premier

«Venom 2»: ils ont quand même réussi à faire pire que le premier

L'ennemi de Spider-Man, qui s'est retrouvé par miracle star de son propre film, a droit aujourd'hui à une suite. Et c'est comme l'adolescence, un peu moche, bête et pas toujours satisfaisant. 

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio