CultureSlatissime

Ce que fait Wes Anderson quand il est dans un hôtel de luxe

Annabelle Georgen, mis à jour le 10.02.2014 à 10 h 08

Wes Anderson au Festival de Berlin, le 6 février 2014. REUTERS/Thomas Peter.

Wes Anderson au Festival de Berlin, le 6 février 2014. REUTERS/Thomas Peter.

Quand Wes Anderson dort à l'hôtel, il a lui aussi ses petites manies, comme les habitants haut en couleurs du palace dans lequel se déroule son nouveau film, The Grand Budapest Hotel, qui a donné le coup d'envoi de la Berlinale et sera à découvrir en salles en France à partir du 26 février.

A cette occasion, le SZ Magazin publie une longue interview du réalisateur américain qui ne tourne autour que d'un seul sujet: les hôtels de luxe, dans lesquels il a ses habitudes depuis longue date.

S'il confie aimer dormir à l'hôtel, Wes Anderson explique tout de même ne pas apprécier séjourner plus d'une semaine loin de chez lui. Et affirme que les palaces comportent «deux choses très dangereuses» pour quelqu'un comme lui:

«Un room-service 24h/24 m'incite à devenir un ermite qui se refuse à retourner dans le monde réel. Le second foyer de danger est la télévision. […] Je n'ai pas la force de résister à la tentation de zapper de chaîne en chaîne sans volonté et de gâcher ainsi ma vie. C'est pourquoi il n'y a pas de télévision chez moi.»

Dans les hôtels où il séjourne fréquemment, le personnel fait même retirer l'écran de télévision de sa chambre avant sa venue et installe une table d'appoint près du lit afin qu'il puisse installer son lecteur Blu-ray. Ce qui n'empêche pas Wes Anderson de chipoter au sujet des salles de bain des palaces cinq étoiles où il a ses habitudes, confiant au passage avoir déjà cassé plusieurs robinets de douche faute de comprendre comment les utiliser correctement et se plaignant du design –français– des lavabos:

«[Je n'ai] rien contre Philippe Starck, mais c'est aux designers comme lui que nous devons le fait qu'il y a de moins en moins de lavabos fonctionnels. Au lieu d'avoir des lavabos concaves, on a maintenant souvent à faire à une tablette en verre plate où l'eau s'écoule sur les côtés. Si l'on ouvre le robinet, on a alors l'air d'avoir pris une douche tout habillé.»

The Grand Budapest Hotel a été en partie tourné dans les mythiques studios de Babelsberg, dans la banlieue de Berlin, mais aussi à Görlitz, une petite ville allemande située à la frontière polonaise. Comme le fait remarquer le journaliste du SZ Magazin, la chambre de l'hôtel le plus cher de la ville, le Dreibeiniger Hund (Le Chien à trois pattes), coûte seulement 73 euros la nuit. Mais ce n'est pas là qu'ont dormi Wes Anderson et son équipe pendant le tournage, comme il l'explique:

«Lorsque j'ai marché pour la première fois dans la vieille ville de Görlitz, je suis tombé sur un immeuble baroque avec un magnifique portail. C'est ainsi que j'ai découvert L'Hôtel Bourse. Après avoir parlé avec les gérants, nous avons loué l'hôtel entier. Nous avions même notre propre cuisinier sur place.»

Pas étonnant donc que le cinéaste et ses acteurs aient décidé de séjourner dans l'un des palaces les plus luxueux de Berlin durant la Berlinale, le fameux hôtel cinq étoiles Adlon, situé au ras de la Porte de Brandenbourg, comme le révèle le quotidien Berliner Morgenpost. Détruit pendant la Seconde Guerre mondiale, il a rouvert ses portes à la fin des années 1990. Pour la petite anecdote, c'est par dessus l'un de ses balcons que Michael Jackson avait présenté son bébé à la presse effarée en 2002.

Annabelle Georgen
Annabelle Georgen (343 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte