Culture / Culture

Accusations d'agression sexuelle: Woody Allen répond à sa fille adoptive Dylan Farrow

Temps de lecture : 2 min

Woody Allen à Cannes, le 11 mai 2011. REUTERS/Yves Herman.
Woody Allen à Cannes, le 11 mai 2011. REUTERS/Yves Herman.

Une semaine après la publication dans le New York Times d’une lettre ouverte de sa fille adoptive Dylan Farrow l'accusant à nouveau de l'avoir agressée sexuellement en 1992, Woody Allen réagit dans les colonnes du même quotidien avec ce qu’il annonce être «ses derniers mots» sur le sujet:

«Bien sûr, je n’ai pas agressé Dylan. Je l’aimais et espère qu’un jour elle saisira comment elle a été privée d’un père aimant et exploitée par une mère plus intéressée par sa propre colère purulente que par le bien-être de sa fille.»

Il y fait notamment état d’avoir passé avec succès un interrogatoire au détecteur de mensonges et accuse son ex-épouse Mia Farrow d’avoir manipulé leur fille, hypothèse soulevée selon lui par un rapport d’experts médicaux. Il s’interroge sur «l’intégrité» et «l’honnêteté» de Mia Farrow vis-à-vis du fait que leur fils biologique Ronan ait pu en réalité être celui de Frank Sinatra, l'ancien époux de l'actrice. Et questionne aussi le fait que celle-ci, héroïne de plusieurs de ses plus grands films (Hannah et ses soeurs, Crimes et délits, Maris et femmes...) ait donné récemment son feu vert à l’utilisation d’images d’elle pour un film-hommage:

«Une mère qui croirait que sa fille de 7 ans a été abusée sexuellement par un agresseur (un crime plutôt horrible) donnerait-elle son accord pour que des images d’elle soient utilisées pour honorer l’agresseur aux Golden Globes?»

La plupart de ces arguments étaient déjà présents dans un texte du documentariste Robert B. Weide, publié sur le Daily Beast, très lu et relayé mais aussi abondamment critiqué.

Les accusations de Dylan Farrow ont en effet déclenché un intense débat sur la portée et la crédibilité des affirmations des deux parties –débats qui reflètent notre manière de penser ce genre d'affaires, mais qui, écrivait Slate.com, ne constituent que les prémices d'un procès devant le tribunal de l'opinion publique qui «permet rarement aux parties d'un litige d'obtenir la justice». Dans un article intitulé «Woody Allen a-t-il agressé sexuellement sa fille adoptive en 1992?», nous revenions sur l'ensemble des faits en janvier dernier.

Slate.fr

Newsletters

New York, années 1980, souvenirs d’une époque disparue

New York, années 1980, souvenirs d’une époque disparue

Regarder les photographies de New York prises par Robert Herman dans les années 1980, c’est un petit peu comme regarder un film. Une fois transportés vers une époque de New York de plus en plus aimée et mythifiée à mesure qu’on s’en éloigne, le...

Beyoncé et Britney Spears doivent beaucoup à Michael Jackson (pas le chanteur, le danseur)

Beyoncé et Britney Spears doivent beaucoup à Michael Jackson (pas le chanteur, le danseur)

Moonwalk, anti-gravity lean, balancé testiculaire… Michael Jackson maîtrisait certes des «steps» hors de portée du commun des mortels, mais il a surtout introduit une certaine idée du métissage chorégraphique sur les dance floors.

Voici ce que vous auriez pu faire des 16.000 ans que vous avez passé à regarder «Gangnam Style»

Voici ce que vous auriez pu faire des 16.000 ans que vous avez passé à regarder «Gangnam Style»

Le clip de Gangnam Style, le tube du sud-coréen Psy, a dépassé la barre des 2 milliards de vues sur Youtube cette semaine. Depuis le 12 juillet 2012, date de mise en ligne de la vidéo sur YouTube, nous aurions ainsi passé plus de 140 millions d...

Newsletters