Partager cet article

Pourquoi les films hollywoodiens ne seront plus jamais comme avant

A gauche Los Angeles éclairée par des lumières à incandescence classique, à droite par des LED.

A gauche Los Angeles éclairée par des lumières à incandescence classique, à droite par des LED.

Vous vous souvenez du film Collatéral? Jamie Foxx glissant le long des routes de Los Angeles au volant de son taxi, Tom Cruise assis sur la banquette arrière, prêt à tuer la ville entière? Si Michael Mann avait réalisé ce film dix ans plus tard, il aurait été visuellement radicalement différent. Car Los Angeles est en train de mettre en place un nouveau système d’éclairage de la ville.

«Au cours des dernières années», explique le site Forbes, «les LED pour éclairer les rues sont passées d’un idéal pour les villes à leur réalité. C’est aux efforts de villes pionnières que l’on doit ces transformations rapides du marché, comme Los Angeles par exemple, qui, le mois dernier, est devenue la ville dans laquelle le plus grand remplacement d’ampoules traditionnelles de rue par des LED a été accompli».

Les LED (diodes électroluminescentes), outre qu’elles plaisent aux designers et permettent de très jolies choses, ont surtout l’immense avantage de consommer cinq à six fois moins d'électricité qu'une ampoule classique, de dégager beaucoup moins de chaleur et d’avoir une durée de vie «jusqu'à trente fois supérieure», expliquait un article du Figaro dès 2010.

Des économies magistrales (environ 7 millions de dollars par an économisés pour Los Angeles, selon les autorités de la ville) qui vont transformer les paysages urbains, note Dave Kendricken sur le blog No Film School.

«D’une certaine manière, n’importe quel extérieur nuit d’un film tourné à LA avant ces changements devient une sorte d’objet anthropologique, un document historique d’infrastructure urbaine dépassés».

Les LED n'ont pas que des avantages: elles n'ont pas un spectre continu comme les lampes à incandescence classiques, et le rendu des couleurs est plus souvent médiocre.

«Il n’est pas nécessairement simple, facile, ou bon marché de faire en sorte que de la lumière sans tungsten [les LED donc] parvienne au niveau voulu et requis par les réalisateurs. C'est pourquoi HMI et Kino Flo fixtures [deux entreprises vendant du matériel d'éclairage] font un excellent travail et ne sont pas données».

Mais à l'heure qu'il est, comme l'explique No Film School, «il y a deux types d'éclairage très courant pour l'éclairage des rues: les lampes à vapeur de sodium, et les lampes à vapeur de mercure». Et ces deux types d'éclairage donnent une lumière peu flatteuse pour les carnations, et artificielle.

Globalement, remarque Kendricken, les progrès avec les LED seront immenses. Il en veut pour preuve les photos ci-dessus et dessous. Lumières LED à droite.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte