Culture

La retouche d'images ne date pas de Photoshop

Temps de lecture : 2 min

Retouches faites sur les photos de Lena Dunham pour Vogue, montrées par le site Jezebel.
Retouches faites sur les photos de Lena Dunham pour Vogue, montrées par le site Jezebel.

A la suite du récent «scandale» autour des photos retouchées de la créatrice de Girls, Lena Dunham, dans Vogue, le site FastCo Design propose une brève histoire de la retouche. Et la retouche, souligne l’article, ne date pas de l’arrivée de Photoshop: au XIXe siècle déjà, les photographes se servaient de plusieurs négatifs sur une seule impression pour jouer avec l'image de départ.

Mais la retouche ne date même pas de l’arrivée de la photo. Dès le XVIe siècle, quand la peinture délaisse la reproduction la plus parfaite possible de l’anatomie humaine —apanage de la la Haute Renaissance— pour voir l’avènement du maniérisme, elle préfère les corps stylisés aux corps réalistes et opère ainsi des modifications par rapport aux modèles.

Ross Finocchio, du Metropolitan Museum of Art, explique:

«Les caractéristiques communes aux travaux de nombreux maniéristes comprennent la distorsion du visage humain, l’aplatissement de la perspective et une sophistication intellectuelle que l’on cultive… Les tonalités intenses, et les traits chorégraphiés avec élégance… rehaussent la charge émotionnelle de la toile.»

Il s’agissait de mettre en valeur les personnes, nobles patrons, représentées sur les toiles et de leur renvoyer une image plaisante. Comme pour les acteurs aujourd’hui.

Newsletters

Splendeurs et misères d'«Illusions perdues»

Splendeurs et misères d'«Illusions perdues»

La brillante adaptation du chef-d'œuvre de Balzac par Xavier Giannoli réussit l'évocation d'une époque passée en suggérant le présent, mais surenchérit sur la noirceur au risque d'un dangereux déséquilibre.

«Succession» nous rapproche de l'expérience collective de «Game of Thrones»

«Succession» nous rapproche de l'expérience collective de «Game of Thrones»

Cette semaine, la grand-messe des séries. 

«Venom 2»: ils ont quand même réussi à faire pire que le premier

«Venom 2»: ils ont quand même réussi à faire pire que le premier

L'ennemi de Spider-Man, qui s'est retrouvé par miracle star de son propre film, a droit aujourd'hui à une suite. Et c'est comme l'adolescence, un peu moche, bête et pas toujours satisfaisant. 

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio