Culture / Culture

Pourquoi Thora Birch a disparu des écrans

Temps de lecture : 2 min

American Beauty /  © 1999 - Dreamworks
American Beauty / © 1999 - Dreamworks

«Ça fait un moment que je n’ai pas parlé à quelqu’un d’aussi cool que le Guardian.» C’est ce que dit Thora Birch, héroïne d’American Beauty en 1999, à la journaliste du quotidien britannique qui consacre un article à la disparition des écrans de celle qui fut un temps considérée comme une des jeunes actrices les plus prometteuses d’Hollywood.

A l’instar de Scarlett Johansson avec qui elle partageait l’affiche de Ghost World en 2001, pour lequel elle a été nominée aux Golden Globes (meilleure actrice).

Le Guardian revient sur sa carrière et ce qui peut expliquer qu’elle se soit «retirée». Expression qui lui déplaît fortement:

«Ça me met en colère quand vous utilisez cette expression parce que je ne me suis pas retirée. Je travaillais tout le temps, c’est juste que personne n’y faisait attention.»

Mais son caractère et son refus de se plier aux exigences du milieu lui ont valu d’être écartée de nouveaux projets. Thora Birch a pourtant joué après Ghost World dans plusieurs séries télé, des films comme Silver City et a produit un film, Petunia, vu dans quelque chose comme «deux cinémas», admet l’actrice. Ce qui explique cette évolution est, selon la journaliste, «un peu de mauvais timing, un peu de malchance et l’accumulation d’un peu de mauvaise réputation».

Pour la journaliste, le parcours de Birch illustre aussi le fait qu'à la fin des années 1990, l'alternative pour les jeunes actrices étaient soit d'être des «sex symbols de première catégorie», comme Scarlett Johansson, soit de disparaître...

Jean-Laurent Cassely Journaliste

Newsletters

Deux romans «la vie cette pute» qui ne donnent pas franchement envie de reprendre du pop-corn

Deux romans «la vie cette pute» qui ne donnent pas franchement envie de reprendre du pop-corn

RENTRÉE LITTÉRAIRE – Pessimisme de l'écrivain sans avenir et Jésus-Christ désabusé: les chemins de croix d'Olivier Adam et Amélie Nothomb montrent la difficulté à peindre une noirceur crédible.

Le Luberon de Willy Ronis

Le Luberon de Willy Ronis

«Willy Ronis a découvert le Luberon en 1947 et a fini par s'y installer définitivement, en 1972. Il y a mené de nombreux reportages et avait en permanence son appareil photo avec lui, avec l'envie, toujours, de montrer les gens au...

«Unbelievable», série palpitante et indispensable

«Unbelievable», série palpitante et indispensable

La nouvelle série Netflix n'est pas que le portrait d'une femme victime d'un prédateur puis d'un système sexiste et défaillant.

Newsletters