Culture / Culture

Pourquoi Thora Birch a disparu des écrans

Temps de lecture : 2 min

American Beauty /  © 1999 - Dreamworks
American Beauty / © 1999 - Dreamworks

«Ça fait un moment que je n’ai pas parlé à quelqu’un d’aussi cool que le Guardian.» C’est ce que dit Thora Birch, héroïne d’American Beauty en 1999, à la journaliste du quotidien britannique qui consacre un article à la disparition des écrans de celle qui fut un temps considérée comme une des jeunes actrices les plus prometteuses d’Hollywood.

A l’instar de Scarlett Johansson avec qui elle partageait l’affiche de Ghost World en 2001, pour lequel elle a été nominée aux Golden Globes (meilleure actrice).

Le Guardian revient sur sa carrière et ce qui peut expliquer qu’elle se soit «retirée». Expression qui lui déplaît fortement:

«Ça me met en colère quand vous utilisez cette expression parce que je ne me suis pas retirée. Je travaillais tout le temps, c’est juste que personne n’y faisait attention.»

Mais son caractère et son refus de se plier aux exigences du milieu lui ont valu d’être écartée de nouveaux projets. Thora Birch a pourtant joué après Ghost World dans plusieurs séries télé, des films comme Silver City et a produit un film, Petunia, vu dans quelque chose comme «deux cinémas», admet l’actrice. Ce qui explique cette évolution est, selon la journaliste, «un peu de mauvais timing, un peu de malchance et l’accumulation d’un peu de mauvaise réputation».

Pour la journaliste, le parcours de Birch illustre aussi le fait qu'à la fin des années 1990, l'alternative pour les jeunes actrices étaient soit d'être des «sex symbols de première catégorie», comme Scarlett Johansson, soit de disparaître...

Jean-Laurent Cassely Journaliste

Newsletters

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Vingt-cinq textes vieux de plusieurs siècles ont été transportés depuis le Mali, après avoir été cachés durant l'occupation djihadiste de Tombouctou, entre 2012 et 2013.

Moses Farrow, le fils de Woody Allen et Mis Farrow s'exprime, il faut aussi l'écouter

Moses Farrow, le fils de Woody Allen et Mis Farrow s'exprime, il faut aussi l'écouter

[BLOG You will never hate alone] Dans un long texte pudique et toute en retenue, Moses Farrow tient à dire sa vérité. À ses yeux, son père n'a jamais pu commettre les actes qui lui sont reprochés.

Il faut lire «Portnoy et son complexe», de Philip Roth

Il faut lire «Portnoy et son complexe», de Philip Roth

Philip Roth n'aurait sans doute pas imaginé que son roman aiderait un homme transgenre confiné dans un refuge pour femmes victimes de violences conjugales.

Newsletters