CultureCulture

L'hymne déjanté aux génériques de séries TV ultra kitsch

Alexandre Hervaud, mis à jour le 27.01.2014 à 14 h 09

Avec des guests stars comme Tom Hanks ou Paul Rudd, «The Greatest Event in Television History» revisite des génériques de séries des années 1980. Un hommage loufoque et hilarant.

DR

DR

Dans leur style comme dans leur durée –voire dans leur raison d'être– les génériques de séries TV ont constamment évolué, au gré des diffuseurs et des modes. Sans s'appesantir sur le sujet, on conseille au passage de relire cette tentative de catégorisation toujours aussi pertinente. On s'intéresse aujourd'hui aux génériques car la chaîne américaine Adult Swim vient de diffuser le quatrième épisode du programme le plus étrange de sa grille (et venant de cette chaîne, c'est beaucoup dire), un délire non-sensique et meta baptisé The Greatest Event in Television History (soit Le plus grand événement de l'histoire de la télévision, rien que ça).

Créé par le génial comédien Adam Scott (vu dans les séries Party Down et Parks and Recreation mais également au cinéma, dans le dernier Ben Stiller) et sa femme Naomi, The Greatest Event... est une série mockumentaire racontant les coulisses d'un tournage un peu particulier: le remake plan-par-plan, comme le Psychose par Gus Van Sant, d'un générique anodin d'une série TV des années 1980. On suit ainsi, l'espace d'une dizaine de minutes en mode «making-of», le tournage de ce remake préparé avec une minutie inversement proportionnelle à l'importance du projet, hautement insignifiant.

Chaque épisode (qui s'achève par la diffusion du «vrai» générique) est présenté par Jeff Probst, superstar outre-Atlantique où il anime Survivor. Pour vous donner une idée de ce que donnerait la chose en VF, c'est un peu comme si Alexandre Astier invitait des potes stars du grand et petit écran pour retourner plan par plan les génériques de Maguy ou Marc et Sophie, le tout présenté par Denis Brogniart.

Le premier épisode, diffusé le 12 octobre 2012, montrait comment Adam Scott et Jon Hamm (alias Don Draper dans Mad Men) tentaient de reconstituer le générique de Simon et Simon, série policière américaine oubliée diffusée en France sur Antenne 2 dès 1983 puis sur La Cinq dès 1991, dixit Wikipedia. Le résultat est hautement débile (NB: les sous-titres anglais sont activables via le lecteur YouTube pour toutes les vidéos suivantes):

Des mois plus tard, en juin 2013, c'est au générique de Pour l'amour du risque (Hart to Hart, en VO) que s'attaquait Adam Scott, accompagné pour l'occasion de sa camarade de Parks and Recreation et récente maîtresse de cérémonie des Golden Globes: Amy Poehler. Comme dans les séries de Ricky Gervais type Extras ou Life's too short, l'accent est mis sur l'autodérision des comédiens, visiblement très à l'aise dès qu'il s'agit de passer pour de fieffées ordures:

Le troisième épisode de The Greatest Event s'attaquait à la sitcom Chacun chez soi (Too close for comfort) diffusée successivement par Antenne 2 puis M6 dans les années 1980. Divers guests bien connus des amateurs d'humour ricain sont de la partie, et le délire monte d'un cran avec cette histoire de cascadeur professionnel appelé pour gérer une chute de canapé ridicule:

Cette semaine, Adult Swim diffusait le quatrième volet de The Greatest Event in Television History. Le générique «à refaire» cette fois-ci est celui d'une série créée en 1980 et sauf erreur inédite en France: Bosom Buddies, comédie avec Tom Hanks dans un de ses premiers rôles qui raconte l'histoire de deux amis obligés de se grimer en femmes pour accéder à l'appartement de leur rêve. Le génial Paul Rudd est de la partie, et comme dirait le réalisateur anglais Edgar Wright (Shaun of the Dead) qui dirigera bientôt Rudd dans Ant-Man: «c'est suprêmement idiot»:

La réussite de cette bouffonnerie vient, en partie, du choix des génériques ciblés. Très datés voire déjà ringards à leur sortie –quand celui d'un Chapeau Melon et bottes de cuir pourtant plus vieux n'a pas pris une ride– ces vestiges de la télévision 80's étaient souvent modifiés pour l'export international sur le plan musical (ah, la VF de Pour l'amour du risque...). Les revoir aujourd'hui pourrait presque justifier la multiplication de ces génériques minimalistes façon Lost (un carton titre plus ou moins animé et basta), mais heureusement, des perles continuent chaque année de voir le jour. Tout récemment, après celui de Game of Thrones, c'est à nouveau une série HBO qui offre la plus belle «opening credits sequence» vue depuis un bail, True Detective:

Pas sûr qu'Adam Scott et sa bande de trublions s'attaquent un jour au remake de celui-là.

Alexandre Hervaud

Alexandre Hervaud
Alexandre Hervaud (231 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte