Culture / Culture

Steve McQueen interviewe Kanye West

Temps de lecture : 2 min

Détail de la couverture d'Interview Magazine
Détail de la couverture d'Interview Magazine

Le réalisateur Steve McQueen, dont le nouveau film 12 Years a slave sort le 22 janvier en France, s'est entretenu avec Kanye West pour le magazine Interview.

On se demande ce que ça aurait donné s'ils avaient fait l'inverse... Mais dans ce sens-là, on aboutit forcément à quelques remarques précieuses de la part du compagnon de Kim Kardashian, coutumier des répliques mémorables («Je me mentirais si je ne disais pas que je suis un génie»).

Steve McQueen (qui le flatte beaucoup dans l'entretien) commence par lui demander:

«Quand tu chantes, ça vient du coeur, tu arrives à t'y connecter, à le traduire, c'est énorme pour un artiste d'être capable de faire ça. Donc ma première question est: Comment fais-tu?»

Réponse:

«Je ferme les yeux et me comporte quand un enfant de trois ans. [rires] J'essaie de me rapprocher autant que possible de l'enfance, parce que c'est un stade où nous sommes tous des artistes.»

Le chanteur se confie ensuite sur son accident de voiture en 2002, sa famille, le racisme.

Il explique que «le plus grand esclavage dont nous souffrons c'est celui qui vient de notre opinion de nous-même. C'est pour cela que mon attitude inspire la crainte. Ce qui effraie les gens, ce n'est pas que j'ai tellement confiance en moi, ce qui les effraie, c'est l'idée que tout le monde se mette à croire en soi autant que je crois en moi».

Et conclut, en répondant à Steve McQueen qui lui demande s'il pense «que certaines personnes se sentent menacées [par lui] parce qu'il paraît sensé?»:

«Ils essaient de me faire passer pour le moins sensé possible. Ils font tout leur possible pour diminuer mon influence, le pouvoir de mes mots. Mais [...] je garantis que nous allons gagner. Ou plutôt, si je dois le dire autrement, il y a deux possibilités: ou j'aurai eu raison, ou j'aurai eu tort. Mais si on se retourne sur les dix dernières années, on constate que j'ai eu raison.»

Charlotte Pudlowski journaliste, créatrice et rédactrice en chef du podcast Transfert

Newsletters

New York, années 1980, souvenirs d’une époque disparue

New York, années 1980, souvenirs d’une époque disparue

Regarder les photographies de New York prises par Robert Herman dans les années 1980, c’est un petit peu comme regarder un film. Une fois transportés vers une époque de New York de plus en plus aimée et mythifiée à mesure qu’on s’en éloigne, le...

Beyoncé et Britney Spears doivent beaucoup à Michael Jackson (pas le chanteur, le danseur)

Beyoncé et Britney Spears doivent beaucoup à Michael Jackson (pas le chanteur, le danseur)

Moonwalk, anti-gravity lean, balancé testiculaire… Michael Jackson maîtrisait certes des «steps» hors de portée du commun des mortels, mais il a surtout introduit une certaine idée du métissage chorégraphique sur les dance floors.

Voici ce que vous auriez pu faire des 16.000 ans que vous avez passé à regarder «Gangnam Style»

Voici ce que vous auriez pu faire des 16.000 ans que vous avez passé à regarder «Gangnam Style»

Le clip de Gangnam Style, le tube du sud-coréen Psy, a dépassé la barre des 2 milliards de vues sur Youtube cette semaine. Depuis le 12 juillet 2012, date de mise en ligne de la vidéo sur YouTube, nous aurions ainsi passé plus de 140 millions d...

Newsletters