Égalités / Culture

Photos retouchées pour Vogue: une Lena Dunham peu convaincante

Temps de lecture : 2 min

Détail de la une de Vogue.
Détail de la une de Vogue.

Que pense Lena Dunham des photos retouchées publiées par le magazine Vogue? Le débat continue outre-Atlantique avec nos «grandes soeurs» de Slate.com qui ont lu les réponses que l'actrice et réalisatrice, notamment de la série Girls, a faites à Charlotte Pudlowski pour Slate.fr.

Voilà ce qu'en retient Katy Waldman.

Lena Dunham a réagi au tollé provoqué par la une retouchée de Vogue et la séance photos, même si elle n'a pas explicitement mentionné la prime de 10.0000 dollars proposée par le magazine féministe Jezebel pour qui fournirait les photos non retouchées (elles sont là).

Source: Jezebel, qui commente les autres photos du magazine

De passage à Paris vendredi, l'actrice/réalisatrice/auteure/voix de sa génération a dit:

«Je comprends que pour les gens, il y ait une contradiction entre ce que je fais et que je puisse être sur la couverture de Vogue. Mais j’ai le sentiment que Vogue m’a soutenue en voulant me mettre en couverture. Je ne me suis pas sentie forcée de faire quoi que ce soit. J’étais vraiment contente parce qu’ils m’ont habillée, présentée d’une manière qui reflète ce que je suis.

J'ai l'impression d'avoir eu beaucoup de chance, que les éditeurs ont compris ma personnalité, ma créativité et qui je suis. Je ne vois pas en quoi mettre une femme —photoshoppée ou pas—, une femme qui ne ressemble pas à celles de d’habitude en couverture, peut être une mauvaise chose.»

Quand Charlotte Pudlowski la met face à l'apparent paradoxe entre l'esprit de Girls et l'esprit de Vogue, Lena Dunham répond:

«Un magazine de mode, c'est un joli fantasme. Vogue n’est pas le magazine que vous ouvrez quand vous êtes à la recherche de femmes réalistes. C’est le magazine que vous ouvrez pour voir de beaux vêtements, de beaux endroits, vous échapper.

J’ai le sentiment que si l’article reflète ce que je suis et qu’il se trouve que je suis en photo avec de beaux vêtements, de beaux hommes, des chiens mignons, quel est le problème? Si vous voulez vraiment savoir à quoi je ressemble, allez regarder la série que je fais toutes les semaines!»

Je vais vous dire: «pas très convaincante».

«Mettre une femme qui ne ressemble pas à celle de d'habitude en couverture» veut dire oser se saisir des qualités qui font que cette femme est différente, pas les minimiser.

Et même si les modifications de Vogue sont finalement légères, comprendre la «personnalité» de Lena Dunham, sa «créativité» et qui elle est (entre autres choses, une porte-parole des formes plus réalistes de beauté) semble exclure absolument de modifier son corps.

De plus, même si les magazines pour femmes offrent de luxuriantes escapades, il n'y a aucune raison pour que leurs rêves de «beaux vêtements et de beaux endroits» doivent forcément inclure de punir les corps avec des normes non naturelles. Pourquoi est-ce cela le fantasme?

Katy Waldman

Traduit par C.C.

Newsletters

La lente conquête médiatique du tabou de la jouissance féminine

La lente conquête médiatique du tabou de la jouissance féminine

Ces deux dernières années, la question des sexualités au féminin a pris une place considérable dans les espaces public et médiatique.

La situation économique des étudiants défavorisés s'est-elle dégradée?

La situation économique des étudiants défavorisés s'est-elle dégradée?

Le recours aux aides familiales est une variable qui fait la différence au sein de la population étudiante.

Elles ont laissé tomber le soutif et leurs seins se portent très bien

Elles ont laissé tomber le soutif et leurs seins se portent très bien

Elles sont de plus en plus nombreuses à se rebeller contre l'injonction de porter un soutien-gorge et à se regrouper au sein du mouvement «No bra».

Newsletters