Égalités / Culture

Les chanteurs de pop sont tout aussi sexistes que les rappeurs, mais on le dit moins

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran de la vidéo de «Blurred Lines». Son auteur, Robin Thicke, a été nommé «sexiste de l'année»
Capture d'écran de la vidéo de «Blurred Lines». Son auteur, Robin Thicke, a été nommé «sexiste de l'année»

Pourquoi fustige-t-on le sexisme des rappeurs, et pas celui des chanteurs d’autres genres musicaux? C’est la question que pose la blogueuse Frances Lockie dans une tribune de The Guardian. Elle se demande «pourquoi le comportement et les paroles d’artistes comme Snoop Lion, Tyler the Creator et Kanye West sont pris en compte, alors que d’autres semblent avoir un laissez-passer»? Et d’égréner la liste des chanteurs qui, en dehors du rap, ne se sont pas gênés pour proférer des paroles sexistes, comme l’icône de la paix, John Lennon.

Interrogé par Playboy sur le contenu de la chanson des Beatles Getting Better («I used to be cruel to my woman / I beat her and kept her apart from the things that she loved» soit: «J’étais cruel envers ma femme / Je la frappais et je la gardais loin des choses qu’elle aimait»), John Lennon avait reconnu être un homme violent: «Je combattais les hommes et je frappais les femmes.»

Cette tribune est parue le 16 janvier. La veille, le reggaeman/ex-rappeur Snoop Lion/ex-Snoop Dogg avait finalement obtenu son visa pour participer au festival Big Day Out, en Australie. Une pétition à l’attention du ministre de l’Immigration avait en effet été lancée par le groupe Collective Shout, opposé à «l’objectification des femmes et la sexualisation des filles dans les médias, la publicité et la culture populaire», pour révoquer ce visa.

Frances Lockie rappelle que «malgré le nombre croissant de rappeuses et de rappeurs conscients, le genre se bat toujours avec le problème de la misogynie». Un problème qui concerne beaucoup de rappeurs, et qui a fait l’objet d’études de la part des sciences sociales, comme celle d’Edward Armstrong. Ce professeur de l'université d'Etat de Murray a analysé les paroles de 490 chansons de rap.

En 2011, une pétition avait été lancée pour interdire le clip de Monster, signé Kanye West, Jay-Z, Rick Ross et Nicki Minaj. Clip dans lequel des scènes de violences érotisées étaient représentées (dont Kanye West avec une tête de femme décapitée à la main).

La blogueuse conclut sa tribune en rappelant les chanteurs de rap sont majoritairement noirs –mais Eminem, l’un des rappeurs aux paroles les plus sexistes, est blanc– alors que les chanteurs de pop sont généralement blancs. Pour elle, si «un groupe de gens ou un style de musique est plus scruté qu’un autre, peut-être qu’il ne s’agit pas seulement d’une question de genre, mais aussi d’une question de race».

Raphaël Czarny Journaliste

Newsletters

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Pourtant, le Premier ministre Justin Trudeau s'était engagé à résoudre ce problème qui mine les réserves des Premières Nations depuis des années.

Ne laissons pas l'espace public aux mains de connards homophobes

Ne laissons pas l'espace public aux mains de connards homophobes

Pas un jour ne passe sans que l'on ne voit sur les réseaux sociaux le visage tuméfié d'une nouvelle victime d'actes de violence gayphobe, lesbophobe ou transphobe. Jusqu'à quand continuerons-nous de le supporter?

Parmi les sans-abri de Los Angeles, des milliers de jeunes LGBT+ rejetés par leurs familles

Parmi les sans-abri de Los Angeles, des milliers de jeunes LGBT+ rejetés par leurs familles

Dans la ville aux 58.000 SDF, d’autres chiffres donnent le tournis: 6.000 seraient issus de la communauté LGBT+. En première ligne de cette population doublement marginalisée, les jeunes.

Newsletters