« article précédent

article suivant »

Le superbe manuscrit d'«Alice aux Pays des Merveilles» de 1864 disponible en ligne

Illustration du manuscrit d'Alice aux Pays des Merveilles

On peut désormais lire en ligne le manuscrit d’Alice aux Pays des Merveilles de 1864. Ecrit et illustré par Lewis Carroll, le nom de plume de Charles Lutwidge Dodgson, il s'agit d'«un des trésors les plus précieux» de la British Library selon l'institution, qui retrace l’histoire de la naissance d’Alice et de son monde imaginaire.

Charles Lutwidge Dodgson, un mathématicien d’Oxford, s’est pris d’amitié pour les trois filles du doyen de l’université: Lorina, Alice et Edith Liddell. Lors d’un voyage en bateau, durant l’été de 1862, il raconta aux jeunes filles une histoire, celle d’Alice et du monde magique qu’elle avait découvert au fond d’un terrier.

La vraie Alice, âgée de 10 ans, apprécia tellement l’histoire qu’elle lui demanda de l’écrire pour elle. Ce qui fut fait, en 1863, sous la forme de 90 pages et de 37 illustrations. Voici la première page du manuscrit:

Trois ans plus tard, il publia l’histoire en y ajoutant deux nouveaux chapitres et en la nommant cette fois-ci Alice aux Pays des Merveilles, sous le nom de plume de Lewis Carroll, la version anglicisée de Carolus Ludovicus, qui n’est rien d’autre que la forme latine du nom Charles Lutwidge.

Alice dut vendre son livre aux enchères, qui fut racheté par un collectionneur américain, pour être enfin ramené à la British Library en 1948 par un groupe de bienfaiteurs américains en gage de remerciement pour le rôle des Britanniques pendant la Seconde Guerre mondiale.

La version originale de l’histoire était intitulée Les aventures sous-terraines d’Alice, signale le site Openculture. Publiée et republiée, l'histoire a également fait l'objet d'adaptations au cinéma et à la télévision dont les plus connues sont le dessin animé Disney et le film de Tim Burton. Les personnages ont même été largement repris dans la culture populaire: le lapin blanc apparait par exemple dans les films Matrix et Donnie Darko.

Mais rien ne vaudra la version originale. Sa lecture en ligne en vaut le détour, surtout pour les illustrations au nombre de 37, toutes de Charles Dodgson, des illustrations très différentes de celles créées par l’illustrateur politique de Punch Magazine John Tenniel, qui contribua à la publication de 1866 avec 42 illustrations. En voici un exemple:

Illustration de John Tenniel

Et ici, une illustration de Charles Dodgson:

Illustration de Charles Dodgson

Openculture signale que la version originale est beaucoup plus réduite que la version finale, qui contiendrait 12.000 mots en plus.

0 réaction

« article précédent

article suivant »

LU SUR...
OUTILS
> taille du texte