Culture

Seconde Guerre mondiale : comment les prisonniers s'échappaient des camps allemands grâce au Monopoly

Temps de lecture : 2 min

Lors d'une tentative de record du monde du plus de parties de Monopoly jouées simultanément, à Madrid le 27 août 2008, REUTERS/Paul Hanna
Lors d'une tentative de record du monde du plus de parties de Monopoly jouées simultanément, à Madrid le 27 août 2008, REUTERS/Paul Hanna

Comment 35.000 prisonniers de guerre se sont-ils évadés des camps de prisonniers allemands, durant la Seconde Guerre mondiale, grâce à des plateaux de Monopoly? C’est ce que raconte dans un long papier sur Eurogamer.com le journaliste Christian Dolan. Des cartes, des boussoles, de l’argent et des gadgets d’évasion étaient dissimulées dans les plateaux du célèbre jeu, livrés aux prisonniers de guerre par des organisations de charité fictives. En tout, environ 35.000 personnes se sont évadées au cours de la Guerre. Dont quelques centaines grâce à ces plateaux, qui ont été distribués dans dix-neuf stalags du IIIe Reich.

Cette histoire est presque magique. Elle commence d'ailleurs, trente ans avant la guerre, par un pari entre Harry Houdini, le plus grand illusioniste de tous les temps, et Clayton Hutton, un Britannique excentrique, qui deviendra plus tard le responsable des relations publiques — et le maître d’œuvre des stratégies d’évasion du MI9, service de récupération et d'assistance aux prisonniers de guerre et à la résistance. «Le Monopoly, explique l’un des interlocuteurs de Dolan, était un moyen primaire d’envoyer aux prisonniers ce dont ils avaient besoin.» Un autre site recense les cartes envoyées aux prisonniers de guerre pour faciliter leur évasion.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Dans un premier temps, nous avions écrit que 35.000 personnes avaient été concernées par cette tactique du Monopoly. Comme nous le fait remarquer un lecteur, ce chiffre est bien celui des évasions sur toute la durée de la guerre.

Newsletters

«West Side Story»: Steven Spielberg désespère de l'Amérique, en chantant

«West Side Story»: Steven Spielberg désespère de l'Amérique, en chantant

Le remake de la comédie musicale d'il y a 60 ans retrouve le tonus du show de l'époque tout en procédant à de multiples ajustements, pour proposer une vision d'ensemble bien différente.

«Lorsqu'elles disent “non”, les femmes pensent “oui”»: le déni du consentement, une tradition bien ancrée

«Lorsqu'elles disent “non”, les femmes pensent “oui”»: le déni du consentement, une tradition bien ancrée

La résistance des femmes aux assauts sexuels des ces messieurs a longtemps été perçue comme un acte feint, destiné à pimenter le jeu érotique et à flatter la force masculine.

Aux Trans Musicales, la musique résonne aussi en prison

Aux Trans Musicales, la musique résonne aussi en prison

Une trentaine de détenus du centre pénitentiaire de Vezin-Le-Coquet, près de Rennes, ont pu vivre à leur manière la 43e édition du festival.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio