Culture

Les Simpson rendent hommage à Miyazaki

Temps de lecture : 2 min

Le réalisateur, maître de l’animation Hayao Miyazaki a fait ses adieux à l’industrie du cinéma avec son dernier long-métrage, Le vent se lève. A la suite de quoi, Les Simpson ont décidé de lui dire adieu en retour.

Dans une scène de l’épisode diffusé cette semaine aux Etats-Unis, le dessin animé lui rend hommage en faisant référence à ses plus grands films. Il y a Chat-Bus (incarné ici par Otto, évidemment) venu de Mon voisin Totoro, Navet, l’épouvantail (Moe) et le château (le Kwik-E-Mart) du Château ambulant, Kiki de Kiki la petite sorcière (en double, par Patty et Selma), et, si vous regardez attentivement, les trois esprits de Princesse Mononoké (Prince Martin et son groupe de nerds, cachés derrière un bonsaï).

Mais surtout, il y a Le Voyage de Chihiro: avec ses travailleurs hommes-grenouilles (Smithers), son dragon Haku (Jimbo Jones et ses amis), le bébé géant (joué par l’ennemi de Maggie au mono sourcil, Gerald Samson), et quelques personnages qui ne sont pas transformés du tout, notamment l’esprit solitaire Sans Visage.

C’est irrévérencieux, bien sûr –sinon ce ne serait pas Les Simpson– mais aussi étonnamment mélancolique: peut-être que les films de Miyazaki sont des choses devant lesquelles même Les Simpson éprouvent un peu de respect.

Slate.com a annoté la vidéo pour y marquer les références (en anglais):

Forrest Wickman et Chris Wade

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Traduit par C.P.

Newsletters

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

Le film d'Isabelle Ingold et Vivianne Perelmuter invente un émouvant dispositif visuel et sonore pour faire éprouver le gouffre ouvert par les phénomènes migratoires actuels. Celui de Simone Bitton chemine parmi les traces d'un monde disparu, qui interroge le présent.

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

Le film de Mohammad Rasoulof assemble quatre récits en forme de contes contemporains pour faire éprouver comment l'usage de la peine de mort par un régime répressif contamine chacun.

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

Grâce notamment à l'interprétation toute en finesse de ses deux actrices principales, le film le plus accompli d'Almodóvar depuis une bonne décennie compose une émouvante, subtile et finalement joyeuse carte des émotions.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio