CultureMonde

Deux rappeurs américains ont tourné un clip en Corée du Nord

Raphaël Czarny, mis à jour le 08.01.2014 à 10 h 33

Capture d'écran

Capture d'écran

Deux rappeurs de Washington, Pacman et Peso, sortent ce mercredi 8 janvier le clip Escape to North Korea qu’ils ont tourné, comme son nom l’indique, en Corée du Nord. Pour se rendre dans la dernière dictature stalinienne au monde, les deux musiciens de 18 ans et 19 ans avaient lancé une campagne de don sur le site de financement participatif Kickstarter, et récolté 10.400 dollars. Ils y sont restés cinq jours. Une bande-annonce de leur clip est déjà sortie mardi 7. On y aperçoit le village Panmunjom, où se trouve la zone de sécurité commune, le métro et certains monuments de Pyongyang, ou encore une classe nord-coréenne.

Le Guardian raconte les aventures incroyables des deux rappeurs, qui avant d’entrer en Corée du Nord, ont effectué un tour d’Asie en visitant Pékin, Hong-Kong et Oulan-Bator. Dans la capitale mongole, ils étaient les hôtes de James Passin, l’Américain qui a acheté la Mongolie, comme l’a décrit Business Insider, et qui avait financé, pour 5.000 dollars, le voyage des rappeurs. Peso raconte: «Au moment où nous sommes arrivés, nous avons eu un chauffeur pour nous conduire à l’hôtel. […] J’ai pris un homard avec des frites, le tout arrosé d’un Sprite», ajoute Pacman.

Le plus drôle est qu’à leur arrivée en Corée du Nord, les relations du pays avec les Etats-Unis s’étaient considérablement dégradées, à cause de l’emprisonnement de Merrill Newman, un vétéran de la guerre de Corée âgé de 85 ans. Le Département d’Etat américain déconseillait à ses ressortissants de se rendre au pays de Kim Jong-un, le premier avertissement du genre depuis 1995. Mais Pacman et Peso ont réussi à rester incognito, tournant leur clip avec une petite caméra, malgré la médiatisation de leur voyage –sur le Washington Post, sur le Guardian, ou sur le site NK News, basé à Washington.

L’initiative des deux rappeurs n’a rien à voir avec l’aventure de Dennis Rodman, le basketteur devenu soutien de Kim Jong-un. Ils sont venus en Corée du Nord sans avoir pris contact avec les autorités. Mais peut-être y a-t-il derrière ce voyage une intention pacifique? Le clip se termine en effet énigmatiquement par l’un des deux rappeurs déclarant:

«Je fais ça pour Barack.»

Raphaël Czarny
Raphaël Czarny (49 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte