Culture / Culture

Effets spéciaux: comment ils ont tourné «Gravity»

Temps de lecture : 2 min

[Attention au spoiler dans les dix dernières secondes de la vidéo]

J'avais lu des choses sur la technologie qu’Alfonso Cuarón et son équipe avaient créée pour rendre Gravity possible, mais c’est différent de la voir en vrai. C'est ce que l'on peut faire grâce à cette vidéo diffusée pendant les vacances. Ça commence vraiment à devenir intéressant à 1 minute 35, et la fabuleuse technologie de la «Light Box» apparaît vers 2 minutes 30.

[Attention au spoiler dans les dix dernières secondes de la vidéo]

Cette «Light Box» est une chose très ingénieuse: plutôt que de se demander comment faire bouger Sandra Bullock dans l’espace, ils se sont rendus compte qu’ils pouvaient faire bouger l’espace autour d’elle. Ce n’était pas si facile que ça. Pour faire fonctionner cette technique, ils ont construit cette Light Box ou «la boîte de Sandy» à partir de 1,8 million d’ampoules LED contrôlables individuellement, une sorte d'écran de Jumbotron à 360 degrés, et ont ensuite piloté la caméra à travers la boîte à l’aide d’un robot.

Ce serait dommage qu’un autre film gagne un Oscar pour les meilleurs effets visuels. Et j’ai hâte de voir ce que les autres films vont faire grâce à cette technologie.

Forrest Wickman

Traduit par A.L.S

Forrest Wickman

Newsletters

«Synonymes» à l'assaut d'une impossible identité

«Synonymes» à l'assaut d'une impossible identité

En force et en vitesse, le troisième long-métrage de Nadav Lapid déclenche une tempête burlesque dans le sillage d'un jeune Israélien exilé volontaire à Paris.

Les convives au grand débat à l'Élysée, accessoires à la mise en scène de Macron

Les convives au grand débat à l'Élysée, accessoires à la mise en scène de Macron

La rencontre organisée par le président rappelle les entretiens entre Diderot et Catherine de Russie où le penseur ne servait que de caution à une souveraine déterminée à n'en faire qu'à sa tête.

Plusieurs musées refusent les dons de la famille Sackler, propriétaire d'un laboratoire d'opioïdes

Plusieurs musées refusent les dons de la famille Sackler, propriétaire d'un laboratoire d'opioïdes

La firme produit notamment l'OxyContin, un anti-douleur surpuissant qui tuerait plus de cent personnes par jour aux États-Unis.

Newsletters