CultureCulture

10 films improbables à ne pas rater (ou voir) en janvier

Alexandre Hervaud, mis à jour le 21.01.2014 à 11 h 04

Marre du tout-venant cinématographique? Voici une sélection de perles sortant ces jours-ci en salle, en VOD, en festival, à l'étranger ou en piratage potentiel.

Nettoyage de printemps pour Les Sorcières de Zugarramurdi - DR

Nettoyage de printemps pour Les Sorcières de Zugarramurdi - DR

Au menu de ce mois de janvier: des sorcières lubriques, des vikings badass, des vampires sexy, du militaire en détresse, du catcheur barbare et bien plus encore...

Sorcellerie rémoulade

Fidèle lecteur de cette rubrique ou lecteur occasionnel tombé ici par accident googlesque, commençons cette fournée en vous souhaitant une excellente année 2014. Et une année débutant par l'arrivée d'un film d'Alex de la Iglesia en salles ne peut que bien commencer.

On a déjà eu l'occasion de parler du bonhomme sur Slate.fr, et c'est le 8 janvier que sortira son nouveau film, Les Sorcières de Zugarramurdi, découvert lors de la dernière édition du PIFFF. Avec son histoire de braqueurs losers perdus dans un patelin envahi de sorcières, ambiance Une Nuit en Enfer vs The Lords of Salem, le réalisateur espagnol revient au fantastique débridé qui l'avait fait connaître avec le cultissime Jour de la Bête en 1995.

Le résultat s'avère certes imparfait –il y a des longueurs– mais diablement attachant, à l'image de la vision hypnotique de Carolina Bang chevauchant son balai en petite tenue, cf l'illustration du présent article. Et puis c'est tout de même plus plaisant de retrouver Carmen Maura ici qu'en second rôle dans un programme court produit par Dany Boon.

Mathieu Amalric au fond du trou

Le 15 janvier sortira le nouveau film des frères Larrieu, L'amour est un crime parfait, avec un Mathieu Amalric fort bien entouré (Karin Viard, Maïwenn, Sara Forestier...) qui devrait logiquement bénéficier d'une distribution (et d'une promo) à la hauteur de son casting.

Ce que l'on sait moins, c'est que le même Amalric sera également à l'affiche d'un autre film distribué une semaine plus tôt, Les Gouffres, curieux long-métrage (enfin, pas si long puisqu'il ne dure que 65 minutes!) signé Antoine Barraud. Si la bande-annonce française est loin d'être excitante, la présence du film au dernier festival Fantasia, à Montréal, semble indiquer qu'il ne s'agit pas d'un énième drame rural, mais bien d'un film flirtant avec le fantastique et l'expérimental, comme l'indique d'ailleurs le trailer concocté à l'époque par le festival, bien plus intriguant que celui proposé au public français. Verdict le 8 janvier dans une poignée de salles, donc.

Thor partagé

Le mois dernier, notre sélection comportait un film de genre venu de Malaisie. On récidive sans vergogne aujourd'hui avec cette fois-ci un projet malaisien tourné en anglais –c'est plus simple pour l'export– et en 3D relief –c'est plus simple pour justifier l'achat de TV 3D– baptisé Vikingdom, l'éclipse de sang.

Réalisé par un certain Yusry Abd Halim, ce film d'heroic fantasy sur fond (vert) de mythologie nordique lorgne sans vergogne vers 300 ou la série Spartacus et nous permet de retrouver l'hyperactif Dominic Purcell (Prison Break), un habitué des trailers ici proposés dont la présence est rarement signe de qualité. Concernant Vikingdom, dans lequel Purcell affrontera tout simplement Thor (bien moins «mannequin L'Oréal» que celui des Avengers), on sera fixé dès le 9 janvier, date de sa sortie directe en DVD/blu-ray dans nos contrées.

Quand t'es dans le désert

Premier film de Yannick Saillet, Piégé fleure bon le projet «high concept» (un pitch fort et original aisément résumable) qui a toutes ses chances d'intriguer Hollywood pour un remake.

Entre film de guerre et «huis clos à ciel ouvert», si vous permettez l'oxymore, le film raconte comment un soldat incarné par Pascal Elbé se retrouve coincé en plein désert après avoir marché sur une mine. S'il bouge, il explose, et ses ennemis se rapprochent alors que son bataillon (composé notamment de Laurent Lucas) semble s'être fait décimer par une attaque surprise.

Le trailer laisse entrevoir une photo soignée —à l'image de l'affiche du film, carrément classe– et on croise les doigts pour que la chose, en salles dès le 15 janvier, aille jusqu'au bout de son couillu concept et ne s'avère pas être un pétard mouillé bas de plafond.

Y'a pas que les requins géants dans la vie!

Après une année 2013 marquée par le carton insensé de leur production Sharknado pour la chaîne SyFy, d'aucuns pourraient croire que la société The Asylum va se contenter d'exploiter le filon du film de squales improbables. Et bien c'est le cas, puisque 2014 sera marqué par l'inévitable Sharknado 2 ainsi que le retour d'un de leurs fleurons maisons, le Mega Shark, qui affrontera pour l'occasion sa réplique robotique géante, le Mecha Shark, dans un film judicieusement tiré Mega Shark vs Mecha Shark.

Néanmoins, il serait réducteur de limiter The Asylum à ce genre de films comme le montrent deux de leurs toutes dernières sorties outre-Atlantique. On débute avec Jailbait, qui réactive à la fois le sous-genre trash du WiP (pour Women In Prison, donc rien à voir avec Work in Progress –notre Alice maison est sage) tout en surfant sur le succès de la série Netflix féministo-carcérale Orange is the new black:

Et dans un genre plus burné reposant sur un personnage connu sans avoir à payer de droits d'auteur (ah, l'Histoire, tu es bien utile parfois), voici revenir Attila le roi des Huns, prêt à affronter de nos jours une équipe de bidasses d'élites dans une production très bleu-blanc-rouge puisque le film est signé Emmanuel Itier, réalisateur français parti vivre aux Etats-Unis depuis un moment, tandis que le Attila en titre est incarné par le catcheur frenchy Cheick Kongo, né en 1975 du côté de Sevran. Pas sûr que le public s'en rende compte en le découvrant ainsi grimé à l'image:

Une nounou d'enfer

The Truth about Emanuel (avec un seul «m», donc rien à voir avec la saga coquine avec feu Sylvia Kristel) est un drame teinté de thriller signé Francesca Gregorini. D'ores et déjà disponible aux Etats-Unis en VOD, le film aura également droit à une sortie (limitée) en salles US dès le 10 janvier prochain.

On y suit une jeune fille perdant peu à peu le sens des réalités en se liant (un peu trop) avec sa nouvelle voisine, sosie de sa mère décédée, qui vient de s'installer seule avec son nouveau né. Le casting permet de retrouver Jessica Biel, Alfredo Molina et surtout, suuuurtout, Kaya Scodelario, révélation de la série Skins qui avait mis à rude épreuve les sens et la moralité des fans du show puisque la belle n'avait que 15 ans lors de sa première apparition.

Un peu comme sa compatriote Emma Watson, on a ainsi vu Kaya grandir pour enfin atteindre l'âge où il est légal <fantasme> d'envisager sereinement une vie commune, pour une nuit ou pour une décennie, d'autant qu'à désormais 21 ans, on peut même caresser l'idée de lui offrir un verre en la croisant un soir dans un bar de Los Angeles. Hum. </fantasme>

Le placard pour deux pointures

Chaque mois apporte son lot de déconvenues concernant le sort réservé à certains films en matière de distribution française. 2014 commence mal pour les amateurs de fantastique: alors que le cinquième opus de la franchise Paranormal Activity tourné par un inconnu (et fait pour être découvert sur petit écran chez soi, très tard et seul, comme tout found footage flippant qui se respecte) squatte plus de 220 écrans depuis sa sortie le 1er janvier, deux pointures du cinéma fantastique doivent se contenter des bacs à DVD. Le premier à ouvrir le bal est le Byzantium de Neil Jordan qui, vingt ans après son joli Entretien avec un vampire, revient au film de suceur de sang. Le résultat est disponible en DVD depuis le 2 janvier:

Dans le même genre, sauf erreur, Haunter, nouveau film signé Vincenzo Natali, marquera un dangereux précédent puisqu'il est le premier long métrage du réalisateur canadien de Cube, Splice et autre Cypher à ne pas sortir en salles françaises. Le distributeur Wild Side a en effet préféré sortir cette ghost-story directement en vidéo à partir du 15 janvier prochain. On pleure un peu de voir de telles références du cinéma de genre ainsi privées d'accès aux salles –mais attendons tout de même de voir les films, peut-être juste pas terribles, avant de crier au scandale.

Génial, mes parents divorcent

Instinctivement, on se verrait mal conseiller le premier film en tant que réalisateur d'un des scénaristes de l'atroce Elektra, désastreux spin-off du déjà désastreux Daredevil. C'est pourtant ce que l'on va faire ici en présentant le trailer de la comédie A.C.O.D. (pour Adult Children of Divorce), disponible outre-Atlantique en VOD depuis le 3 janvier et en import blu-ray à partir du 14 janvier.

Pas la peine d'évoquer le sujet du film, il suffit d'énumérer son casting pour mettre l'eau à la bouche: le duo Adam Scott et Amy Poehler de la série Parks and Recreation est réuni, bien entouré par Jane Lynch (Glee), Jessica Alba (Sin City), Mary Elizabeth Winstead (Scott Pilgrim), Clark Duke (Kick-Ass), Richard Jenkins (Six Feet Under) et Catherine O'Hara (Maman, j'ai raté l'avion). Autant dire des inconnus complets pour le public français moyen, soyons clairs, mais on est entre nous, alors on s'en fout.

Bonus pelliculé

On ne sait pas quand le documentaire Super 8 Madness sera visible –sans doute prochainement en festival [MAJ : on a eu le nez creux en écrivant ça, puisque le film a depuis la publication de l'article été sélectionné au festival du film fantastique de Gérardmer, qui aura lieu du 29 janvier au 2 février prochain dans les Vosges]– mais c'est peu dire que ce film produit par Metaluna fait foutrement envie. Autant par son sujet (la pratique du film amateur fantastique tourné en Super-8 dans les années 1970 et 1980, bien avant l'avènement de la vidéo grand public) que par ses intervenants bien connus des amateurs de Mad Movies, Starfix et autre Métal Hurlant (Christophe Lemaire, François Cognard, Jean-Pierre Putters, Jean-Pierre Dionnet, etc.). C'est peu dire qu'on a hâte de voir ce docu signé Fabrice Blin et Vincent Leyour, mais plutôt en projection numérique quand même, hein.

Alexandre Hervaud

Alexandre Hervaud
Alexandre Hervaud (231 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte