Iron Maiden a traqué ceux qui piratent sa musique... pour venir jouer chez eux

Iron Maiden / Mike Lawrence via Flickr CC license by

Iron Maiden / Mike Lawrence via Flickr CC license by

Mise à jour du lundi 30 décembre à 16h15: le groupe Iron Maiden n'a pas, contrairement à ce qui est relaté dans cet article, analysé des données fournies par l'entreprise Musicmetric et provenant du site de téléchargement Bit Torrent, pour choisir les destinations de ses tournées. Vous pouvez lire ici l'article qui raconte comment cette légende s'est propagée sur le web.

Les métalleux d'Iron Maiden ont trouvé une solution originale pour décider des villes où ils partent en tournée, rapporte le site CITEworld: en plus des destinations «traditionnelles» (Amérique du Nord et Europe), ils se penchent désormais vers les endroits d'où proviennent le plus grand nombre de téléchargements illégaux de leur musique.

Ainsi, comme l'explique Muktware, c'est en s'apercevant qu'une grande partie des téléchargements venait du Brésil et de toute l'Amérique Latine que les Britanniques ont décidé d'y retourner plus souvent. Et ils ont bien fait: le seul concert de Sao Paulo le 26 mars 2011 a rapporté 2,58 millions dollars (contre 33 millions de dollars pour les 25 concerts de la tournée nord-américaine, soit en moyenne 1,32 million par date).

Il faut dire que l'Amérique du Sud attendait ce concert depuis longtemps: entre 1980 et 2009, Iron Maiden n'y a joué que 53 fois, pour un total de 1.897 concerts à travers le monde.

Pour obtenir les données sur l'origine géographique des téléchargement, Iron Maiden s'est adressé à MusicMetric, une société britannique d'analyse de trafic. En étudiant les données disponibles sur les réseaux sociaux, les données publiques de BitTorrent et autres, MusicMetric a pu établir une carte des «pirates» mélomanes, précise Slashgear.

Et Iron Maiden de décider que c'est chez eux qu'ils iront jouer, partant du principe que des fans qui téléchargent l'entièreté de leur œuvre (quinze albums, dix lives, six compilations et dix-huit vidéos tout de même) seront susceptibles d'acheter une place de concert. Le London Stock Exchange a d'ailleurs nommé Iron Maiden LLP, la holding qui détient le vénérable groupe, parmi les «1.000 Entreprises inspirant la Grande-Bretagne».


Capture d'écran de Music Metric via CITEWorld

Pour Gregory Mead, CEO et co-fondateur de MusicMetric, l'idée est bonne, comme il l'a déclaré à CITEworld:

«Plutôt que d'envoyer des avocats, Iron Maiden s'est envoyé lui-même. Le groupe a concentré ses tournées sur l'Amérique du Sud ces dernières années, et une a été filmée pour le documentaire Flight 666. Après tout, les fans ne peuvent pas télécharger un concert ou des tee-shirts. Tous les concerts ont été à guichet fermé.»

Gregory Mead a précisé que ce n'était pas forcément gagné:

«Maiden s'en est bien tiré en transformant des fans qui téléchargent en fans qui achètent. Si vous vous engagez avec vos fans, vous avez une chance de les tranformer en clients payant, vous pouvez le voir à travers divers groupes qui utilisent le réseau de BitTorrent comme un moyen légal de partager des contenus.»

Autre point positif, Iron Maiden compte de plus en plus de fans. Selon MusicMetric toujours, relayé par CITEworld, entre le 31 mai 2011 et le 31 mai 2012, le groupe a gagné 3,1 millions de fans sur les réseaux sociaux. Et après sa tournée mondiale, de juin 2012 à octobre 2013, sa fanbase a augmenté de cinq millions, dont une grande partie est originaire d'Amérique du Sud.