CultureCulture

Lionsgate veut retirer les affiches italiennes de «12 Years a Slave»

Cécile Dehesdin, mis à jour le 24.12.2013 à 11 h 58

Elles font de Brad Pitt le héros d'un film sur l'esclavage où il ne joue que quelques minutes.

Extrait de l'affiche italienne de «12 Years a Slave»

Extrait de l'affiche italienne de «12 Years a Slave»

Une utilisatrice de Tumblr qui vit en Italie a posté sur son blog la photo d'une affiche pour 12 Years a Slave, aperçue en allant au cinéma. Une image de Brad Pitt prend la quasi-totalité de l'article, tandis qu'on voit dans le coin droit Chiwetel Ejiofor courir.

Le plus choquant n'est pas le montage Photoshop digne d'un mauvais fanblog, mais le fait que Chiwetel Ejiofor est le héros du prochain film de Steve McQueen, tandis que Brad Pitt n'apparait que quelques minutes à l'écran. Et pourtant il domine l'affiche, et son nom y apparaît même deux fois!


Photo via awayoutoftheblue.tumblr.com

12 Years a Slave est adapté de l'autobiographie de Solomon Northup, écrite en 1853: né un homme noir libre dans l'Etat de New York, il fut kidnappé en 1841 à Washington D.C. et vendu comme esclave.

Sur son blog, SonofBaldwin a posté l'image d'une autre affiche pour le film, qui n'arrange rien: à la place de Brad Pitt, c'est Michael Fassbender qui prend toute la place, lui qui joue dans le long-métrage l'esclavagiste...

Cet accent mis sur les acteurs blancs d'un film sur l'esclavage dont le héros est noir a évidemment choqué. Certains se sont demandé si elles faisaient partie d'un tryptique d'affiches dont la troisième se focaliserait sur Chiwetel Ejiofor, mais Lionsgate, qui distribue le film à l'international via Summit, les a qualifiées de «non-autorisées», et promet de changer les publicités italiennes pour 12 Years a Slave.

Un porte-parole de Lionsgate a ainsi dit à Variety que les affiches n'avaient pas été approuvées par les producteurs ou les distributeurs du film, et ajouté:

«Summit Entertainment enquête et va immédiatement agir pour stopper la distribution de toute affiche non-autorisée, et pour rappeler les affiches déjà sur le marché.»

Par comparaison, voici l'affiche française du film:

Il est possible que le distributeur italien BIM ait souhaité insister sur la présence de Brad Pitt pour des raisons financières, estime Variety, puisqu'il est une star mondialement connue. Ce qui ne rend pas l'affiche moins raciste.

Fin octobre, le New York Times publiait un article sur la difficulté de vendre à l'étranger un film se concentrant sur une histoire afro-américaine:

«A quelques exceptions près, les stars et les réalisateurs noirs –lorsqu'ils racontent une histoire spécifiquement afro-américaine– ont eu du mal à pénétrer les marchés internationaux, un handicap de taille de nos jours, où les publics étrangers représentent régulièrement deux-tiers ou plus du box-office d'un film hollywoodien.»

Le NYT évoquait les atouts de 12 Years a Slave en la matière: avoir une star et un réalisateur britanniques –Chiwetel Ejiofor et Steve McQueen–, une sortie prévue à l'étranger pour début 2014, en plein pendant la course aux Oscars, et... le pouvoir de Brad Pitt, qui a promis d'en faire la promotion partout dans le monde.

C.D.

Cécile Dehesdin
Cécile Dehesdin (610 articles)
Rédactrice en chef adjointe
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte