CultureCulture

Français, vous êtes déprimés? C'est la faute de votre littérature!

Jean-Marie Pottier, mis à jour le 21.12.2013 à 14 h 32

Détail de la couverture de la première édition de «Bonjour tristesse» de Françoise Sagan (Julliard, 1954).

Détail de la couverture de la première édition de «Bonjour tristesse» de Françoise Sagan (Julliard, 1954).

L'analyse du «malaise» français est devenu un genre en soi dans la presse anglo-saxonne. Cette semaine, c'est The Economist qui s'y colle, sous le titre «Bleak chic» (quelque chose comme «chic maussade»), avec un point de vue intéressant: si la France est déprimée, c'est à cause de sa littérature.

Tout y passe: le doute méthodique chez Descartes, les moqueries de Voltaire contre l'optimisme, Chateaubriand et le «mal du siècle», la mélancolie comme «bonheur d'être triste» selon Hugo, l'«ennui» chez Camus ou Sartre, l'absurde de Ionesco et Beckett, l'incipit de Bonjour tristesse de Sagan («Sur ce sentiment inconnu dont l'ennui, la douceur m'obsèdent, j'hésite à apposer le nom, le beau nom grave de tristesse»), et jusqu'au misérabilisme houellebecquien.

Faut-il forcément s'en attrister? Pas sûr, selon l'hebdomadaire britannique:

«Il est difficile de contester que cette négativité a stimulé la créativité française. La France aurait-elle offert l'existentialisme au monde si Sartre avait été un joyeux drille?»

>>> A lire sur le même sujet, notre série en quatre épisodes sur «le malaise français».

Jean-Marie Pottier
Jean-Marie Pottier (943 articles)
Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte