Culture / Culture

Français, vous êtes déprimés? C'est la faute de votre littérature!

Temps de lecture : 2 min

Détail de la couverture de la première édition de «Bonjour tristesse» de Françoise Sagan (Julliard, 1954).
Détail de la couverture de la première édition de «Bonjour tristesse» de Françoise Sagan (Julliard, 1954).

L'analyse du «malaise» français est devenu un genre en soi dans la presse anglo-saxonne. Cette semaine, c'est The Economist qui s'y colle, sous le titre «Bleak chic» (quelque chose comme «chic maussade»), avec un point de vue intéressant: si la France est déprimée, c'est à cause de sa littérature.

Tout y passe: le doute méthodique chez Descartes, les moqueries de Voltaire contre l'optimisme, Chateaubriand et le «mal du siècle», la mélancolie comme «bonheur d'être triste» selon Hugo, l'«ennui» chez Camus ou Sartre, l'absurde de Ionesco et Beckett, l'incipit de Bonjour tristesse de Sagan («Sur ce sentiment inconnu dont l'ennui, la douceur m'obsèdent, j'hésite à apposer le nom, le beau nom grave de tristesse»), et jusqu'au misérabilisme houellebecquien.

Faut-il forcément s'en attrister? Pas sûr, selon l'hebdomadaire britannique:

«Il est difficile de contester que cette négativité a stimulé la créativité française. La France aurait-elle offert l'existentialisme au monde si Sartre avait été un joyeux drille?»

>>> A lire sur le même sujet, notre série en quatre épisodes sur «le malaise français».

Jean-Marie Pottier Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).

Newsletters

New York, années 1980, souvenirs d’une époque disparue

New York, années 1980, souvenirs d’une époque disparue

Regarder les photographies de New York prises par Robert Herman dans les années 1980, c’est un petit peu comme regarder un film. Une fois transportés vers une époque de New York de plus en plus aimée et mythifiée à mesure qu’on s’en éloigne, le...

Beyoncé et Britney Spears doivent beaucoup à Michael Jackson (pas le chanteur, le danseur)

Beyoncé et Britney Spears doivent beaucoup à Michael Jackson (pas le chanteur, le danseur)

Moonwalk, anti-gravity lean, balancé testiculaire… Michael Jackson maîtrisait certes des «steps» hors de portée du commun des mortels, mais il a surtout introduit une certaine idée du métissage chorégraphique sur les dance floors.

Voici ce que vous auriez pu faire des 16.000 ans que vous avez passé à regarder «Gangnam Style»

Voici ce que vous auriez pu faire des 16.000 ans que vous avez passé à regarder «Gangnam Style»

Le clip de Gangnam Style, le tube du sud-coréen Psy, a dépassé la barre des 2 milliards de vues sur Youtube cette semaine. Depuis le 12 juillet 2012, date de mise en ligne de la vidéo sur YouTube, nous aurions ainsi passé plus de 140 millions d...

Newsletters