Culture

Qui peut prétendre à un fauteuil à l'Académie française?

Temps de lecture : 2 min

Pour cette fois-ci, c'est loupé. Dany Laferrière a été élu à treize voix sur vingt-trois au premier tour.

L'Académie française. | Lionel Bonaventure / AFP
L'Académie française. | Lionel Bonaventure / AFP

Dany Laferrière vient d'être élu, ce 12 décembre 2013, à l'Académie française. Donc, à moins que vous ne soyiez Dany Laferrière (félicitations, Monsieur), vous n'avez pas été choisi. Quelles conditions vous faudrait-il réunir pour la prochaine fois?

Jusqu'en 2010, il n'y en avait tout simplement pas, avant qu'un âge maximum de 75 ans ait été décrété pour rajeunir l'assemblée. Par exemple, cette fois-ci, parmi les six postulants au fauteuil numéro 2 se trouvait Arthur Pauly, un lycéen âgé de 15 ans. S'il avait été élu, il aurait été le plus jeune académicien de l'histoire, mais pas de beaucoup: quand Armand de Cambous, Duc de Coislin et petit-neveu de Richelieu est devenu un Immortel en 1652, il avait 16 ans et demi.

La mesure a également favorisé les femmes, qui ne sont que huit à avoir été admises au sein de l'Illustre compagnie.

Cette limite d'âge est la seule restriction qui apparaisse sur le site de l'Académie.

Rien n'est dit au sujet d'une majorité éventuelle ou d'une contribution à la langue française. Le rôle de l'Académie française étant cependant la fixation et la défense de la langue française, il va sans dire qu'il faut donc la maîtriser parfaitement. Pour être élu, il faut, selon la formule consacrée par Jacques Chastenet, «avoir du talent, de la notoriété, et être de bonne compagnie».

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Le vote se fait au scrutin direct, secret et à la majorité absolue, dans les trois mois qui suive la déclaration selon laquelle le fauteuil vide est déclaré vacant. Si au bout de trois ou quatre tours, aucun nom n'est sorti des urnes, l'élection peut-être remise à une date ultérieure. Dany Laferrière a été élu à treize voix sur vingt-trois au premier tour.

Newsletters

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

Le film d'Isabelle Ingold et Vivianne Perelmuter invente un émouvant dispositif visuel et sonore pour faire éprouver le gouffre ouvert par les phénomènes migratoires actuels. Celui de Simone Bitton chemine parmi les traces d'un monde disparu, qui interroge le présent.

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

Le film de Mohammad Rasoulof assemble quatre récits en forme de contes contemporains pour faire éprouver comment l'usage de la peine de mort par un régime répressif contamine chacun.

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

Grâce notamment à l'interprétation toute en finesse de ses deux actrices principales, le film le plus accompli d'Almodóvar depuis une bonne décennie compose une émouvante, subtile et finalement joyeuse carte des émotions.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio