Culture

Arrêtez avec les «plaisirs coupables»

Temps de lecture : 2 min

Free Half Eaten Red Apple / Pink Sherbet  via FlickrCC Licnse by
Free Half Eaten Red Apple / Pink Sherbet via FlickrCC Licnse by

Peut-être faites-vous partie de ceux qui succombent aux «plaisirs coupables». Dans ce cas-là, l'article publié par le New Yorker le 10 décembre est fait pour vous. Il s'agit d'un réquisitoire contre l'usage de l'expression «guilty pleasure» («plaisir coupable») pour désigner avec un enthousiasme mêlé de dédain «ces artefacts culturels pour le grand public (...) qui apportent un plaisir simple sans prétention à l'élévation culturelle».

Comme s’il y avait une honte à aimer les films de feu Paul Walker, ou la série Scandal. Pour Jennifer Zalai, auteure de l'article, ce n’est pas une raison pour recourir à «cette tentative maladroite d’élever quelque chose tout en le dénigrant»:

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

«Si vous voulez écouter Rihanna tout en lisant le dernier Dean Koontz, vous n’avez qu’à le faire. N’essayez pas de suggérer que vous êtes plus malin que ça. Oubliez la prétention et faites un effort sur vous-même. Vous n’avez rien d’autre à y perdre que votre culpabilité.»

Newsletters

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

Le film d'Isabelle Ingold et Vivianne Perelmuter invente un émouvant dispositif visuel et sonore pour faire éprouver le gouffre ouvert par les phénomènes migratoires actuels. Celui de Simone Bitton chemine parmi les traces d'un monde disparu, qui interroge le présent.

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

Le film de Mohammad Rasoulof assemble quatre récits en forme de contes contemporains pour faire éprouver comment l'usage de la peine de mort par un régime répressif contamine chacun.

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

Grâce notamment à l'interprétation toute en finesse de ses deux actrices principales, le film le plus accompli d'Almodóvar depuis une bonne décennie compose une émouvante, subtile et finalement joyeuse carte des émotions.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio