Lu, Vu & EntenduCulture

Arrêtez avec les «plaisirs coupables»

Laurent Pointecouteau, mis à jour le 12.12.2013 à 15 h 54

Free Half Eaten Red Apple / Pink Sherbet  via FlickrCC Licnse by

Free Half Eaten Red Apple / Pink Sherbet via FlickrCC Licnse by

Peut-être faites-vous partie de ceux qui succombent aux «plaisirs coupables». Dans ce cas-là, l'article publié par le New Yorker le 10 décembre est fait pour vous. Il s'agit d'un réquisitoire contre l'usage de l'expression «guilty pleasure» («plaisir coupable») pour désigner avec un enthousiasme mêlé de dédain «ces artefacts culturels pour le grand public (...) qui apportent un plaisir simple sans prétention à l'élévation culturelle».

Comme s’il y avait une honte à aimer les films de feu Paul Walker, ou la série Scandal. Pour Jennifer Zalai, auteure de l'article, ce n’est pas une raison pour recourir à «cette tentative maladroite d’élever quelque chose tout en le dénigrant»:

«Si vous voulez écouter Rihanna tout en lisant le dernier Dean Koontz, vous n’avez qu’à le faire. N’essayez pas de suggérer que vous êtes plus malin que ça. Oubliez la prétention et faites un effort sur vous-même. Vous n’avez rien d’autre à y perdre que votre culpabilité.»

Laurent Pointecouteau
Laurent Pointecouteau (77 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte