CultureCulture

Nouvelles de Salinger: encore combien d'inédits?

Charlotte Pudlowski, mis à jour le 28.11.2013 à 16 h 44

Correspondance mise aux enchères à Sotheby's à New York, en 1999/ Reuters

Correspondance mise aux enchères à Sotheby's à New York, en 1999/ Reuters

De nouveaux écrits de Salinger ont émergé sur Reddit, repris par Buzzfeed qui les a fait authentifier par un spécialiste du romancier, Kenneth Slawenski. Dans un email adressé à BuzzFeed, il écrit: «Si l’éthique (ou plutôt le manque d’éthique) qui consiste à poster des récits de Salinger en ligne est critiquable, ces histoires semblent être des transcriptions fidèles des originaux, et sont conformes à mes propres copies.»

La personne qui a mis les récits en ligne sur Reddit dit avoir pour source cette enchère eBay, «qui se trouve être un livre publié illégalement», selon Buzzfeed.

L’existence des nouvelles était néanmoins connue. La première The Ocean Full of Bowling Balls, sorte de prequel de L’Attrape-cœurs, pouvait être consultée à la bibliothèque de Princeton, où un exemplaire unique était censé être enfermé, et où il fallait subir, pour la lire, un contrôle minutieux, puis le regard des surveillants pendant la durée de lecture. Salinger tenait à ce que la nouvelle ne soit pas publiée moins de cinquante ans après sa mort –donc en 2060.

Les deux autres histoires, sans titre mais communément appelées Paula et Birthday Boy sont disponibles au Harry Ransom Center, centre de recherche universitaire au Texas.

La plus impressionnante, bien sûr –et plus belle aussi– est The Ocean Full of Bowling Balls: elle raconte le décès de Kenneth Caulfield, frère de Holden et qui porte le prénom Allie dans le roman.

Si vous lisez l’anglais, dépêchez-vous de vous jeter dessus. Elle sera peut-être retirée sous peu. C’est un étrange sentiment que d’avoir accès au prequel d’un best-seller tel que L’Attrape-cœurs. Comme si les personnages étaient réels, et que derrière un rideau, vous pouviez voir leur vraie existence au-delà du roman, que vous les surpreniez en famille; comme si l’on vous présentait quelqu’un que vous aviez toujours voulu rencontrer, Kenneth, qui imprime tant la vie d’Holden Caulfield, alors que vous le pensiez mort; comme si, aussi, des gens que vous avez toujours connu dans une certaine temporalité –vos parents par exemple– vous apparaissaient soudain dans toute leur jeunesse. Vous découvrez Holden avant la mort de Kenneth. C’est un peu comme rencontrer Adam et Eve, avant toute cette histoire de croquage de pomme. C’est grisant.

Ces nouvelles ne sont pas les seuls inédits qui vont sortir des cartons. Shane Salerno et David Shields, auteurs d’un documentaire très médiatisé sur Salinger, avaient annoncé en août dernier que Salinger aurait laissé en réserve des manuscrits qui seraient publiés à partir de 2015. Salinger avait lui-même établi un calendrier de ses inédits jusqu’à 2020, dans l’ordre suivant:

  • The Last and Best of the Peter Pan où le narrateur de L’Attrape-Cœurs Holden Caulfield raconte une histoire dans laquelle Vincent Caulfield discute avec sa mère, après la mort de Kenneth.
  • A Counterintelligence Agent's Diary, qui s’inspire de l’expérience militaire de Salinger pendant la Seconde Guerre mondiale
  • A World War II love story inspirée de son histoire d’amour avec Sylvia Welter qui s’est ensuite avérée avoir été informatrice pour la Gestapo pendant la guerre.
  • A Religious Manual ouvrage théorique sur une philosophie indienne, le Vedanta.
  • The Family Glass, recueil de nouvelles avec notamment les personnages de Franny&Zooey.

La juteuse affaire des inédits

Il n’est pas très étonnant que ses vœux ne soient pas respectés de tous et que les trois nouvelles découvertes aujourd’hui aient été mises en ligne, probablement illégalement donc, selon Buzzfeed, et aux enchères. Les inédits sont devenus un véritable business, peu importe, souvent, leur qualité.

En ce moment par exemple, on peut trouver en librairie des lettres inédites de Proust (Lettres à sa voisine) ou une correspondance inédite entre Albert Camus et Louis Germain, l’instituteur auquel allèrent ses premières pensées, juste après sa mère, une fois reçu le prix Nobel. La correspondance constitue une source importante d'inédits: il faut parfois attendre la mort de l'auteur pour que le destinataire des lettres les rende publiques, voire la mort des deux épistoliers. Et c'est parfois fort rentable: la romancière Joyce Maynard, qui a eu une relation amoureuse avec Salinger étant très jeune, et entretenu avec lui une correspondance, a vendu quatorze de leurs lettres en 1999, pour 150.000 dollars...

Depuis quelques années, toute œuvre retrouvée d’un écrivain célèbre finit immanquablement par se retrouver en librairie. En vrac ainsi, récemment, des inédits d'Alexandre Dumas, Pierre Bourdieu, Jack Kerouac, George Perec, Maurice Leblanc. Ou donc, de Camus, Proust, etc. On a même labélisé «inédit» un court livre de Sagan qui avait brièvement été publié dans les années 1960 (Toxique).

Ont aussi évidemment été publiés des récits que les auteurs avaient expressément demandé de supprimer. Franz Kafka, avait ainsi demandé à son ami Max Brod, dans son testament, de détruire presque tout ce qu’il laissait. Il lui écrivait:

«De tout ce que j'ai écrit, seuls sont valables les livres: Verdict, Soutier, Métamorphose, Colonie pénitentiaire, Médecin de campagne, et le récit L'artiste de la faim. […] En revanche, tout ce que j'ai écrit d'autre (textes imprimés dans des revues, manuscrits, lettres), tout cela sans exception, pour autant que cela puisse être accessible ou récupéré en demandant aux destinataires […] tout cela doit, sans exception et de préférence sans être lu (je ne t'interdis pas d'y jeter un coup d'œil, même si je préférerais que tu ne le fasses pas, en tout cas personne d'autre ne doit y jeter un coup d'œil) - tout cela sans exception doit être brûlé et je te prie de le faire le plus tôt possible.»

Max Brod n’en fit rien.

De même Vladimir Nabokov avait demandé à sa femme, à sa mort, de brûler The Original of Laura, (un roman qui n’avait jamais eu le temps d’être écrit et n’existait que sous la forme de 138 bristols écrits à la main). Sa femme ne l'avait pas fait, permettant à leur fils Dmitri de décider, en 2009, de ne pas respecter son souhait et de finalement publier ce brouillon.

Et cette pléthore d’inédits ne fera qu’augmenter, au fur et à mesure que la collaboration entre des chercheurs de différents pays est facilitée par les nouvelles technologies, et que les éditeurs sont à la recherche de recettes pour vendre des livres.

C.P.

Charlotte Pudlowski
Charlotte Pudlowski (740 articles)
Rédactrice en chef de Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte