CultureCulture

Georges Lautner, le père des Tontons Flingueurs, est mort

Slate.fr, mis à jour le 23.11.2013 à 10 h 16

Symbole du renouveau du cinéma français d'après-guerre, Georges Lautner a su imposer avec Michel Audiard un style de comédies populaires qui aujourd'hui encore restent inimitables et dont la drôlerie, la qualité et l'originalité ont fini par être reconnues... sur le tard.

Georges Lautner REUTERS

Georges Lautner REUTERS

C'est une page de l'histoire du cinéma populaire français qui se tourne. Georges Lautner, cinéaste prolifique, reconnu tardivement et auteur entre autre de l'inoubliable «Tontons flingueurs» et d'une série de films d'actions mettant en vedette Jean-Paul Belmondo, est mort vendredi 22 novembre à l’âge de 87 ans... un demi-siècle jour pour jour après John Fitzgerald Kennedy.

Le metteur en scène est décédé à Paris des suites d’une longue maladie, a annoncé à l’AFP l’ancien cascadeur Rémy Julienne, citant son entourage proche et confirmant une information du site Purepeople.

Avec une quarantaine de films à son actif en soixante ans de carrière, des «Barbouzes», dans la veine des «Tontons Flingueurs», à «Flic ou voyou» en passant par «Le Professionnel», Georges Lautner avait tourné avec les plus grands acteurs du cinéma français utilisant à merveille leur gouaille et les dialogues de Michel Audiard. Il aura fait souvent jouer Jean-Paul Belmondo, à qui il donna quelques uns de ses plus grands triomphes, Bernard Blier, Alain Delon, Lino Ventura, Jean Yanne, Mireille Darc, Francis Blanche... Symbole du renouveau du cinéma français d'après-guerre, Georges Lautner a su imposer avec Michel Audiard un style de comédies populaires qui aujourd'hui encore restent inimitables.

Une reconnaissance tardive

Né à Nice le 24 janvier 1926, Georges Lautner avait découvert dès l’enfance l’univers des salles obscures grâce à sa mère, la comédienne Renée Saint-Cyr, qui apparaîtra plus tard dans plusieurs de ses films. Il entame des études de droit avant de faire ses premiers pas dans le cinéma à partir de 1949, en tant qu’assistant réalisateur. Il signe son premier film en 1958, «La Môme aux boutons». Puis, en 1960, il réalise «Marche ou crève», avec Bernard Blier, marquant le début d’une longue collaboration avec l’acteur. En 1961, il rencontre le succès populaire, pas celui de la critique qui le jugeait vulgaire, avec «Le Monocle noir», comédie policière qui permet à Paul Meurisse de briller en agent secret français.

Deux ans plus tard, Georges Lautner réalise «Les Tontons flingueurs», comédie portée par les répliques cultes du dialoguiste Michel Audiard et qui lui vaudra la consécration... quelques décennies plus tard. «Les Tontons Flingueurs», c'est une pléiade de «gueule» du cinéma français, sans oublier la musique de Michel Magne et Bernard Gérard. Indécrottable succès d’audience à chacun de ses passages à la télévision, le film avec Bernard Blier, Lino Ventura, Francis Blanche, Jean Lefebvre ou encore Robert Dalban, fêtera mercredi 27 novembre 2013 les 50 ans de sa sortie en salles.

Très doué pour la comédie, le cinéaste s'est lancé aussi dans le genre dramatique avec par exemple «Mort d'un pourri» ou «La Route de Salina». Les deux films auront été des échecs. A 78 ans le réalisateur écrivait encore des scénarios de bandes dessinées telles que «On achève bien les cons !», la saga «Baraka» et «Les Cons, ça ose tout».

La ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, a fait part de sa «tristesse». «Inspirés par des écrivains comme Simenon, les films de Georges Lautner ont été emmenés, trente années durant, par les talents français les plus populaires de ce qui compose la grande famille du cinéma», écrit la ministre dans un communiqué, citant notamment Bernard Blier, Mireille Darc et Francis Blanche. Pour Aurélie Filippetti, «le public gardera des oeuvres de Georges Lautner le souvenir qu'elles ont été traversées par le tourbillon de la vie, de la farce et du rire».

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte