CultureCulture

Séries télé: huit reboots qui ne rebutent pas

Sébastien Mauge, mis à jour le 28.11.2013 à 19 h 03

Alors que la télé américaine s'apprête à ressusciter «Remington Steele» et «Arabesque», on a imaginé huit reboots rêvés accouplant classiques du genre et héros cultes d'aujourd'hui.

Elizabeth Montgomery (Samantha) dans «Ma sorcière bien-aimée» et January Jones (Betty Draper) dans «Mad Men».

Elizabeth Montgomery (Samantha) dans «Ma sorcière bien-aimée» et January Jones (Betty Draper) dans «Mad Men».

Malgré la récente annulation, au bout de seulement quatre épisodes, du remake de L’Homme de Fer, Ironside, la chaîne américaine NBC ne semble toujours pas guérie de sa fièvre rebooteuse puisqu’elle vient de mettre en chantier deux projets au potentiel soporifique dévastateur: le retour de Remington Steele, la série qui lança Pierce Brosnan (mais l’empêcha également d’enfiler le costume de 007 plus tôt), et celui d’Arabesque, hommage poussiéreux à l’univers d’Agatha Christie et à son héroïne fétiche Miss Marple.

Remettre au goût du jour ces antiquités n’est certes pas très original mais n’est pas non plus une mauvaise idée en soi. Encore faut-il se donner la peine de les dynamiter sans scrupule afin d’éviter d’endormir à nouveau Papy et Mamie après le déjeuner…

Comme ce ne sera sans doute pas le cas, nous vous proposons nos reboots rêvés, interprétés par les personnages les plus marquants de ces dernières années, condition sine qua non pour que l’on y trouve un intérêt. Avec eux, c’est sûr, ces projets vont marcher. Ou comme l’aurait très bien dit Nancy Sinatra: «These reboots are made for walkin’ .»

1. Magnum (Magnum, P.I.) avec Walter White de Breaking Bad

Certes, la moustache est un peu moins fournie, mais au moins Walter a le bon goût (?) de remplacer les shorts moulants de Tom Selleck par son slip kangourou blanc désormais culte. Fuyant l’enfer du Nouveau-Mexique pour le paradis hawaïen afin de soigner son cancer, Walter retombera vite dans ses travers sous la houlette d’Higgins, un Gus Fring au visage hitlérien l’obligeant à accomplir toutes ses basses besognes. On attend avec impatience l’épisode où il empoisonnera ces teignes de Zeus et Apollon.

2. Ricky ou la belle vie (Silver Spoons) avec King Joffrey de Game of Thrones

Ricky, c’est cet enfant-roi insupportable trônant au sommet de jouets démentiels inventés par son milliardaire de père. Pourri, gâté et tête-à-claques, il nous faisait saliver devant notre écran avec son petit train parcourant toute sa maison et nous donnait envie de lui faire passer un sale quart d’heure.

Qui d’autre que l’infâme King Joffrey pourrait sérieusement le remplacer? Personne. En mêlant le titre original (Silver Spoons) et le Trône de Fer, on pourrait même renommer la série Iron Spoons ou Silver Thrones sans problème.

3. La Croisière s’amuse (The Love Boat) avec Larry David de Curb Your Enthusiasm

Ah, le capitaine Stubing! La classe, l’élégance, le professionnalisme et la joie de vivre incarnés.

Tout le contraire de Larry David, vieux misanthrope atrabilaire et pleutre, qui ferait un commandant de bord détonnant au milieu de prestigieux passagers tels Jerry Seinfeld, Jeff Garlin, Woody Allen, Louis C.K. et son nemesis de toujours, Ted Danson.

Inutile de préciser que notre héros prendra la poudre d’escampette avec la lâcheté d’un capitaine de Costa Croisières avant l’inévitable naufrage. Titre possible: The Hate Boat

4. Ma sorcière bien-aimée (Bewitched) avec Betty Draper de Mad Men

N’en déplaise aux résidentes de Wisteria Lane, la vraie femme au foyer désespérée de ces dernières années est sans aucun doute l’ex-épouse de Don Draper. Ancienne mannequin ensorcelante devenue triste et boulimique sous le poids du carcan routinier, elle vit à la même époque que Samantha Stephens mais pas dans la bonne série. On rêverait de la transférer pour qu’elle puisse enfin mener son mari et ses enfants par le bout de son petit nez remuant.

5. Wonder Woman avec Hannah Horvath de Girls

Grâce à Lena Dunham, son interprète surdouée, Hannah est le nouveau symbole d’une féminité à la fois forte et désenchantée, assumant son corps en l’exhibant volontiers (parfois à la limite du narcissisme maso), mais peinant à lutter contre ses névroses existentielles. Un petit tour dans le bustier magique de Lynda Carter et nul doute qu’elle pourra enfin libérer son girl power pour sauver, si ce n’est la planète, du moins le quartier de Wiiliamsburg à New York.

6. MacGyver avec Kenny Powers de Eastbound and Down

Bien sûr, on ne va pas se le cacher, la coupe mullet y est pour beaucoup. A part un vieux footeux allemand des années 70, on ne voit que Kenny  f*ckin’  Powers pour prendre la relève capillaire de Richard Dean Anderson.

Et s’il est vrai que Kenny n’est pas un grand bricoleur, au moins a-t-il une grande confiance en lui et en ses outils (surtout celui qu’il a dans le caleçon). Au pire, si son couteau suisse le lâche, il pourra toujours achever le travail à coups de batte de baseball et d’insultes bien senties!

7. Columbo avec Kramer de Seinfeld

Nul besoin d’argumenter pendant des heures tant les points communs sont nombreux: ressemblances physique et vocale évidentes, tenues de clochard quasi identiques, vieilles voitures capricieuses, même goût pour les cigares, femmes souvent invisibles et propension à méchamment coller aux basques de leur entourage jusqu’à ce que celui-ci craque pour de bon. Kramer est né pour être Columbo.

Les auteurs de Seinfeld lui ont d’ailleurs souvent donné des enquêtes absurdes à résoudre et son interprète, Michael Richards, a vainement tenté sa chance en solo dans une série où il jouait un détective privé. Peter Falk s’en est allé, la place est libre!

8. Starsky et Hutch avec Ricky Gervais et Stephen Merchant

Bon, ce ne sont pas à proprement parler des personnages mais plutôt des auteurs/acteurs. Il n’empêche, on imagine très bien Gervais et Merchant (The Office, Extras, Life’s Too Short…) nous pondre un «mockumentaire» sur le commissariat californien de Bay City et plus particulièrement sur Starsky et Hutch, qu’ils transformeraient en losers pathétiques imbus d’eux-mêmes, persuadés de défendre la veuve et l’orphelin alors qu’ils les dézingueront sans vergogne au volant de leur Fiat Punto rouge et blanche. Le tout saupoudré de blagues foireuses et de remarques racistes envers le Capitaine Dobey et Huggy les bons tuyaux. Que du bonheur!

Sébastien Mauge

Sébastien Mauge
Sébastien Mauge (6 articles)
Exploitant d'une salle de cinéma art-et-essai et journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte