Culture / Culture

Kevin Spacey a eu bien raison d'offrir un abonnement Netflix à Woody Allen

Temps de lecture : 2 min

Kevin Spacey dans «Marging Call».
Kevin Spacey dans «Marging Call».

Quel acteur n’a pas désiré un jour jouer dans un film de Woody Allen? Encore faut-il que les directeurs de casting pensent à vous pour le rôle. Ce qui n'est apparemment jamais arrivé à Kevin Spacey. Un manque de considération qui a forcé celui qui joue à présent dans la série distribuée par Netflix House of Cards (diffusée en France par Canal+), à prendre les devants et offrir un abonnement Nextflix au réalisateur de Blue Jasmine, rapporte GQ.

Même pour les acteurs aussi connus que Kevin Spacey, oscarisé en 1996 pour son rôle dans Usual Suspects de Bryan Singer et en 2000 pour celui dans American Beauty (2000) de Sam Mendes, le casting est un passage obligatoire.

L’acteur raconte donc «avoir écrit une lettre» à Woody Allen dans laquelle il se présentait comme «un acteur qu’il pouvait connaître ou non», à laquelle il joint un abonnement Netflix «parce que je voulais qu’il regarde mon travail».

«Je crois que si un acteur veut un rôle ou veut travailler avec quelqu’un, alors il fait tout ce qui est raisonnable pour essayer d’avoir ce rôle», explique celui qui incarne Frank Underwood dans House of Cards.

«S’ils veulent t’auditionner, tu auditionnes. S’ils veulent que tu fasses un bout d’essai, alors tu fais un bout d’essai. S’ils veulent que tu viennes et fasses des claquettes dans leur hall, alors tu fais des claquettes dans leur hall.»

Envoyer une lettre et un abonnement à un service de vidéo à la demande (malheureusement pas encore implanté en France) était donc une chose tout à fait raisonnable pour Spacey... et apparemment pour Woody Allen aussi, qui a répondu à l’acteur. Le réalisateur new-yorkais l’a remercié pour son cadeau et a écrit qu’il le considérerait comme un candidat potentiel pour ses futurs projets, rapporte le site Cinema Blend.

C’est donc un succès de plus pour celui qui défend avec brio le modèle Netflix, qui ne compte sans doute pas s’arrêter là. Il pourrait bien «écrire à Martin Scorsese ensuite», selon GQ. Comme quoi, parfois cela paye de jouer carte sur table.

Laszlo Perelstein

Newsletters

New York, années 1980, souvenirs d’une époque disparue

New York, années 1980, souvenirs d’une époque disparue

Regarder les photographies de New York prises par Robert Herman dans les années 1980, c’est un petit peu comme regarder un film. Une fois transportés vers une époque de New York de plus en plus aimée et mythifiée à mesure qu’on s’en éloigne, le...

Beyoncé et Britney Spears doivent beaucoup à Michael Jackson (pas le chanteur, le danseur)

Beyoncé et Britney Spears doivent beaucoup à Michael Jackson (pas le chanteur, le danseur)

Moonwalk, anti-gravity lean, balancé testiculaire… Michael Jackson maîtrisait certes des «steps» hors de portée du commun des mortels, mais il a surtout introduit une certaine idée du métissage chorégraphique sur les dance floors.

Voici ce que vous auriez pu faire des 16.000 ans que vous avez passé à regarder «Gangnam Style»

Voici ce que vous auriez pu faire des 16.000 ans que vous avez passé à regarder «Gangnam Style»

Le clip de Gangnam Style, le tube du sud-coréen Psy, a dépassé la barre des 2 milliards de vues sur Youtube cette semaine. Depuis le 12 juillet 2012, date de mise en ligne de la vidéo sur YouTube, nous aurions ainsi passé plus de 140 millions d...

Newsletters