Culture

Prix Goncourt 2013: «Au revoir là-haut», de Pierre Lemaitre, raconté en GIF

Temps de lecture : 2 min

Le roman de Lemaitre sur l'après Première Guerre mondiale a reçu le Goncourt. Résumé en Gif, en l'honneur de BuzzFeed.

Pierre Lemaitre, au centre, arrive chez Drouant pour recevoir le Goncourt, à Paris le 4 novembre 2013. REUTERS/Benoit Tessier
Pierre Lemaitre, au centre, arrive chez Drouant pour recevoir le Goncourt, à Paris le 4 novembre 2013. REUTERS/Benoit Tessier

En l'honneur de l'arrivée de Buzzfeed en France, voici le résumé du prix Goncourt en Gif, dont le site est spécialiste.

ATTENTION SPOILERS

Vous avez prévu de lire le Renaudot, les 1.152 très longues pages de Naissance, de Yann Moix, et n'aurez donc pas le temps de lire le Goncourt, Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre? En hommage à nos nouveaux confrères de Buzzfeed, le voici résumé en GIF. Avec des spoilers, vous êtes prévenu.

C'est l'histoire d'un type, Albert Maillard, qui a survécu à la guerre jusqu'en 1918. Et qui, au mois de novembre, finit par tomber dans un trou d'obus, où il est étouffé par la boue.

Mais un soldat le sauve, son coeur se remet à battre. Il est sain et sauf.

En revanche, le sauveteur, Edouard, artiste et bourgeois, a reçu un éclat d'obus et la moitié de son visage est partie avec. Alors que la guerre s'achève, il n'a donc aucune envie de rentrer chez lui et décide de se faire passer pour un autre pour que sa famille le croie mort et ne vienne pas le chercher.

Mais commence une période un peu compliquée pour Albert et Edouard, qui emménagent ensemble car le premier se sent redevable auprès du second. Ils n'ont pas d'argent, Edouard a besoin de morphine pour supporter la douleur... Albert est un peu dépassé.

Jusqu'à ce qu'Edouard, qui avait abandonné toute velléité artistique, se remette à dessiner, aille de mieux en mieux, reprenne goût à la vie.

Et a l'idée de monter une arnaque géante: vendre des monuments aux morts fictifs. Dans un pays qui ne s'intéresse qu'à ça, ses morts, c'est lucratif.

Albert et Edouard décident que quand ils auront atteint le million, ils se feront la malle, partiront pour les colonies. Il ne faut pas trop attendre. Mais un imprévu survient dans la vie d'Albert: une certaine Pauline.

Que faire? Partir, rester? Albert embarque Pauline.

Sauf que le jour du départ, un autre imprévu survient. Pour Edouard cette fois, et moins marrant.

C.P., avec Cécile Dehesdin, spécialiste ès GIF.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Au revoir là-haut, Pierre Lemaitre, Albin Michel.

Newsletters

Festival de Cannes, jour 8: «De humani corporis fabrica», à corps perçus

Festival de Cannes, jour 8: «De humani corporis fabrica», à corps perçus

Entièrement tourné à l'hôpital, le film de Lucien Castaing-Taylor et Véréna Paravel invente de nouvelles possibilités de voir ce qu'est chacun de nous, physiquement et comme être social, grâce à des approches inédites et à un sens fulgurant de la beauté.

«Les Crimes du futur» de Cronenberg n'est pas le choc annoncé

«Les Crimes du futur» de Cronenberg n'est pas le choc annoncé

Loin des rumeurs de film scandaleux, le nouveau film de David Cronenberg est une œuvre de science-fiction plutôt méditative… et incomplète.

Festival de Cannes, jour 7: «R.M.N.» cartographie l'écheveau des replis et régressions de la vieille Europe

Festival de Cannes, jour 7: «R.M.N.» cartographie l'écheveau des replis et régressions de la vieille Europe

Le film de Cristian Mungiu déploie dans toute son ampleur un constat que décrivent aussi plusieurs autres films du festival, dont deux beaux films portugais étrangement similaires, «Alma Viva» et «Restos do Vento».

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio