Culture

Bill Murray était prêt à payer pour jouer dans «Rushmore» de Wes Anderson

Temps de lecture : 2 min

Bill Murray dans «Rushmore» de Wes Anderson.
Bill Murray dans «Rushmore» de Wes Anderson.

Nous vous parlions récemment du livre et des essais filmés du critique américain Matt Zoller Seitz sur Wes Anderson. Il vient de lister pour le site Vulture 24 choses qu'il a appris sur le cinéaste en travaillant sur ce projet, et on y lit cette chose fascinante: Bill Murray était prêt à payer pour travailler sur Rushmore, le second film du cinéaste.

Selon Matt Zoller Seitz, «il a obtenu un intéressement aux profits, mais son salaire journalier était fixé au minimum syndical» et «de l'estimation d'Anderson, il a touché environ 9.000 dollars pour son interprétation». Ajoutez à cela que Murray a fait un chèque de 25.000 dollars quand Touchstone (la société de production, filiale de Disney) a refusé de payer pour une scène filmée depuis un hélicoptère, et on peut en conclure que l'acteur était prêt à payer 16.000 dollars pour interpréter le rôle de Herman Blume...

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Anderson n'a jamais encaissé le chèque et l'a fait encadrer. Quinze ans après, les deux hommes collaborent toujours ensemble: après Rushmore, La Famille Tenenbaum, La Vie Aquatique, A bord du Darjeeling Limited, Fantastic Mr. Fox et Moonrise Kingdom, Murray jouera pour la septième fois chez le cinéaste dans The Grand Budapest Hotel, dont la première bande-annonce vient de paraître et qui sortira en 2014.

Newsletters

«West Side Story»: Steven Spielberg désespère de l'Amérique, en chantant

«West Side Story»: Steven Spielberg désespère de l'Amérique, en chantant

Le remake de la comédie musicale d'il y a 60 ans retrouve le tonus du show de l'époque tout en procédant à de multiples ajustements, pour proposer une vision d'ensemble bien différente.

«Lorsqu'elles disent “non”, les femmes pensent “oui”»: le déni du consentement, une tradition bien ancrée

«Lorsqu'elles disent “non”, les femmes pensent “oui”»: le déni du consentement, une tradition bien ancrée

La résistance des femmes aux assauts sexuels des ces messieurs a longtemps été perçue comme un acte feint, destiné à pimenter le jeu érotique et à flatter la force masculine.

Aux Trans Musicales, la musique résonne aussi en prison

Aux Trans Musicales, la musique résonne aussi en prison

Une trentaine de détenus du centre pénitentiaire de Vezin-Le-Coquet, près de Rennes, ont pu vivre à leur manière la 43e édition du festival.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio