CultureCulture

«Astérix chez les Pictes», ou les Gaulois au pays du droit d'asile

Laszlo Perelstein, mis à jour le 24.10.2013 à 19 h 26

Extrait de l'album, «Astérix chez les Pictes», de Jean-Yves Ferri, Didier Conrard, Albert Uderzo. (Image Editions Albert René)

Extrait de l'album, «Astérix chez les Pictes», de Jean-Yves Ferri, Didier Conrard, Albert Uderzo. (Image Editions Albert René)

Attention: cet article contient des spoilers d'Astérix chez les Pictes

À l’occasion de leur 39ème aventure (la première à n'être signée ni Goscinny ni Uderzo), Astérix chez les Pictes, Astérix et Obélix accueillent dans leur village un Picte. Cet étranger, venu de Calédonie (le nom romain de l’Écosse) par les mers, fait brièvement s’interroger les Gaulois sur leur conception du droit d’asile.

Et permet aux auteurs de mêler à leur histoire des faits qui nous sont plus contemporains. Un Astérix finalement très politique.

1. Des Gaulois fichés

Dès les premières cases, un fonctionnaire portant le nom de Numerus Clausus fait son apparition. Il est «agent romain du recensement» et a été chargé par Rome de parcourir «les provinces les plus reculées afin de comptabiliser les populations et dresser la liste de leurs activités»:

«Nom, prénom, profession, résident permanent? Provisoire?»

Evidemment, les Gaulois ne soient pas enjoués à l’idée de répondre à son questionnaire, et tout se termine à coups de baffes.

2. Le village gaulois, terre d’accueil ou d’expulsion?

Arrivé par la mer (enchaîné à un tronc), le Picte est d’abord très bien accueilli par des Gaulois, qui ne doivent pas être au courant des polémiques autour des naufragés de Lampedusa.

«Dorénavant tu es ici chez toi. Car sache que pour nous, Gaulois, le droit d’asile n’est pas un vain mot!», s’exclame Abraracourcix, le chef du village. «Peuh, toi et tes beaux discours!», s’agace Bonemine. La prise de position évoque pour Libération une discussion entre François Hollande et Valérie Trierweiler pendant l’affaire Léonarda.

Très vite, le jeune Picte attire l’attention des femmes du village, qui admirent ses tatouages, «son petit kilt» qui est «d’un exotisme!» et «les change de [leurs] Gaulois rustauds à gros nez!». De quoi agacer les hommes du village, qui en ont «ras-le-bas» à force.

Abraracourcix résiste un temps, avant de céder quand il découvre que les femmes du village ont adopté les coutumes vestimentaires du Picte. Embarrassé, le chef du village s’entretient avec Panoramix:

— «Bref comment dire… sa popularité parmi les femmes du village, euh…
— … Remet un peu en cause le droit d’asile, c’est ça?»

Et si le petit village gaulois était finalement situé plus près de l’Arabie saoudite que de l’Armorique? Après tout, c’est bien dans ce pays que l’on expulse les hommes trop beaux.

3. Les Pictes, des Yougoslaves de l’an -50?

Sur le bateau qui le ramène dans sa Calédonie natale, le Picte apprend à Astérix et Obélix son nom, Mac Oloch, mais surtout révèle son histoire et celle de son pays, la Pictie. Uni sous le règne du roi Mac II, le pays se divise après la mort de celui-ci.

De nombreux peuples cohabitent alors, puisqu’il y a «les pictes de l’est et les pictes de l’ouest, les pictes de mer […] et les pictes bleus […] puis viennent les pictes marron... », et bien d’autres encore. Un morcèlement qui rappelle fortement celui de la Yougoslavie après la mort de Tito en 1980, celle dont est issu le Kosovo de Leonarda.

Ici, l’issue est moins tragique puisque nos héros déjouent les plans du clan des Mac Abbeh, qui tente de s’imposer en s’alliant avec les Romains. L’amour triomphe dans une fin qui rappelle celle du Grand fossé, album critique des désaccords partisans en politique.

Laszlo Perelstein

Laszlo Perelstein
Laszlo Perelstein (83 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte