Culture / Culture

Les poèmes cachés de Jack Dorsey, le fondateur de Twitter

Temps de lecture : 2 min

Jack Dorsey. Joi Ito via FlickrCC License by
Jack Dorsey. Joi Ito via FlickrCC License by

On connaissait Jack Dorsey, 36 ans, fondateur de Twitter, une petite entreprise qui a généré 600 millions de dollars de revenus cette année (un peu plus de 440 millions d’euros).

On connaît moins en revanche JakDaemon –la version de Dorsey 10 ans plus tôt et avec les cheveux bleus– qui écrivait des poèmes sur son blog à Saint Louis, le tout agrémenté de photos et même des vidéos. Des petites perles, que Dorsey avait bien entendu supprimées, mais que Valley Mag a pu retrouver grâce à Archive.org, et s’est fait un malin plaisir de ressortir.

Morceau choisi (la ponctuation et la syntaxe sont d’origine):

«beauty

i have no super powers but i skip reasonably well

i wanted to write the sky today and my wrists are holding me down.

kids are absent from structure, and play in the disorder while creating more

as soon as i record, you become false.»

Ce qui donne en français:

«beauté

je n’ai pas de supers pouvoirs mais je sautille assez bien

je voudrais écrire le ciel aujourd’hui et mes poignets me maintiennent à terre.

les enfants ont quitté le bâtiment, et jouent dans le désordre en créant plus

dès que j’enregistre, tu deviens faux.»

Newsletters

Les Illuminati sont nés d'une vaste (mauvaise) blague

Les Illuminati sont nés d'une vaste (mauvaise) blague

L'une des théories du complot les plus populaires n'était, à l'origine, qu'une galéjade prônant la désobéissance civile.

La division SS musulmane en Bosnie, entre mythes et réalités

La division SS musulmane en Bosnie, entre mythes et réalités

La 13e division SS en Bosnie a généré nombre d'analyses. Le dépouillement des archives permet aux historien·nes de remettre en perspective les faits et la réalité.

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Intempéries mortelles au Japon, réouverture du Musée du Louvre et évolution de la pandémie... La semaine du 4 juillet 2020 en images.

Newsletters