Culture

Banksy a vendu ses toiles à Central Park pour 60 dollars

Temps de lecture : 2 min

Et personne ne s'en est rendu compte.

Le stand de Banksy à Central Park via Banksy / Better Out Than In
Le stand de Banksy à Central Park via Banksy / Better Out Than In

Banksy a encore frappé. Le 12 octobre, celui que certains surnomment «le Kim Kardashian du street art» a voulu pousser son public à s’interroger sur la véritable valeur de l’art.

Pendant toute une journée, l’artiste millionnaire actuellement en résidence à New York a installé un petit stand de ventes près de Central Park, où il a exposé plusieurs de ses œuvres originales. Leur prix était fixé à 60 dollars.

Selon le site Street Art News, la valeur des plus petites toiles exposées est estimée à environ 20.000 livres –soit un peu plus de 23.500 euros. Or, sans son nom attaché aux œuvres, Banksy n’a réalisé que 420 dollars de bénéfices.

L’homme qui s’occupait du stand –l’identité de Banksy reste à ce jour inconnue– n’a réussi à vendre que sept toiles, à trois acheteurs loin de se douter qu’ils faisaient une sacrée affaire.

Une vidéo postée sur le site de Banksy montre le déroulement de la journée:


via Banksy / Better Out Than In

Il a fallu plusieurs heures avant qu'une première passante ne décide à acheter deux toiles –après avoir négocié une réduction de 50%. Puis en fin de journée, un homme a acheté quatre toiles d’un coup pour redécorer sa nouvelle maison. «J’ai juste besoin de mettre quelque chose au mur», aurait-il dit.

Ce n’est pas la première fois que l’art de Bansky est ignoré. Au début du mois d’octobre, le street-artiste a investi certains murs du quartier de Williamsburg à Brooklyn. Cependant, ses graffitis ont quasi-immédiatement été recouverts par des habitants du quartier.

Lorsque l’on a fait remarquer à un vieil homme en train de repeindre un mur que l’œuvre était celle d’un artiste célèbre, ce dernier s’est exclamé:

«Je devrais construire un mur autour et commencer à faire payer les gens.»

Lors d’un autre récent coup d’éclat de l’artiste, une vidéo où Dumbo se fait tuer à coups de lance-roquettes par des terroristes islamistes, le site Artlyst expliquait que le travail de Banksy «inclut généralement une réflexion satirique, sociale et politique, et va de graphismes muraux à la sculpture ou aux installations, jouant souvent avec le contexte dans lequel l'œuvre artistique est réalisée».

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

L'artiste sera à New York pendant tout le mois d'octobre, il faut donc s'attendre à d'autres opérations de ce genre. Avis aux touristes de passage dans la Grosse Pomme: gardez l'œil ouvert.

Newsletters

Festival de Cannes, jour 9: «Les Crimes du futur» au risque des circonstances atténuantes

Festival de Cannes, jour 9: «Les Crimes du futur» au risque des circonstances atténuantes

Très (trop?) attendu, le film de David Cronenberg mobilise nombre des ressources qui font la réputation de cet auteur sans trouver la forme qui leur donnerait leur pleine puissance.

À Cannes, deux récits décevants sur le 13-Novembre

À Cannes, deux récits décevants sur le 13-Novembre

Présentés au Festival de Cannes, «Revoir Paris» et «Novembre» abordent les attentats de novembre 2015. Mais à force de marcher sur des œufs, les deux récits nous laissent sur notre faim.

Festival de Cannes, jour 8: «De humani corporis fabrica», à corps perçus

Festival de Cannes, jour 8: «De humani corporis fabrica», à corps perçus

Entièrement tourné à l'hôpital, le film de Lucien Castaing-Taylor et Véréna Paravel invente de nouvelles possibilités de voir ce qu'est chacun de nous, physiquement et comme être social, grâce à des approches inédites et à un sens fulgurant de la beauté.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio