Disney a un problème avec ses personnages féminins: elles ont des émotions

Elsa, Anna et Raiponce, trois héroïnes de Disney via Buzzfeed

Elsa, Anna et Raiponce, trois héroïnes de Disney via Buzzfeed

Et en plus, il faut qu'elles restent jolies. Alors, ils ont trouvé la solution...

Réjouissez-vous! Le nouveau film d’animation de Disney, La Reine des Neiges, contient non pas une mais DEUX héroïnes! Un exploit, si l’on en croit Lino Disalvo, responsable de l’animation pour le film. 

Dans une interview accordée au blog Fan Voice, ce dernier explique qu’animer un personnage féminin est «très, très compliqué», parce que vous voyez, les femmes ont plein d’émotions, et que les émotions, ça rend moche –Claire Danes en sait quelque chose.

Comme le relève Complex, la difficulté viendrait ainsi du fait que ces personnages doivent avoir l'air parfaits à chaque instant –on ne va pas mettre une fille moche dans un film Disney, et puis quoi encore. Voici la citation complète:

«Historiquement parlant, animer un personnage féminin est très, très compliqué, parce qu’elles doivent passer par toutes ces émotions, mais il faut qu’elles restent jolies– et elles sont aussi très sensibles –elles peuvent dévier du modèle très rapidement.

Alors, faire un film avec deux héroïnes féminines, c’était vraiment dur, et aussi de les avoir toutes les deux dans la même scène et faire qu’elles soient toutes les deux différentes alors qu’elles ressentent la même émotion, faire qu’Elsa énervée ne soit pas pareille qu’Anna énervée.»

On vous rassure, au final, les graphistes de Disney ont trouvé la solution pour différencier les deux personnages: Anna est une rouquine avec une taille fine, des grands yeux et un nez retroussé. Elsa est une blonde avec une taille fine, des grands yeux et un nez ret… –ah non, en fait, ce sont les mêmes.


Elsa, Anna et Raiponce via Buzzfeed

On peut aussi mettre dans le même lot Jessie, de Toy Story 2


Jessie, Toy Story 2

Ou Ellie de Là Haut:


Ellie, Là Haut © Walt Disney Studios Motion Pictures France

Pour une démonstration plus poussée, voyez plutôt ce GIF:


via Moopflop

Bien sûr, la représentation des filles dans l’univers de Disney évolue quand même un peu: en 2012, Rebelle faisait un pas vers le féminisme, non seulement parce que Merida était le premier personnage principal féminin de Pixar, mais aussi parce qu’avec ses boucles indomptables et son attitude de garçon manqué, elle ne se conformait pas aux dictats de la beauté Pixarienne.

Malheureusement, lors de la sortie des produits dérivés –poupées, couettes et autres cartables–, Merida a été relookée, comme nous le rappelle Alyssa Rosenberg:

«Sa taille a été affinée, ses seins soulignés, mais au détriment de la charpente solide de Merida, ce qui est vraiment dommage vu comment Rebelle célèbrait le plaisir que ressentait Merida grâce à ses capacités physiques.»

Disney a encore beaucoup de progrès à faire dans le domaine du sexisme. On peut tout de même se consoler en se disant que La Reine des Neiges, qui sortira en salles le 4 décembre, remplit le premier critère du test de Bechdel –il contient deux femmes qui ont un nom.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites et vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt. > Paramétrer > J'accepte