Culture

Les petits secrets du Chelsea Hotel

Temps de lecture : 2 min

A l'intérieur du Chelsea Hotel à New York en 2010. REUTERS/Brendan McDermid
A l'intérieur du Chelsea Hotel à New York en 2010. REUTERS/Brendan McDermid

Il y a six ans, le Chelsea Hotel, à New York, qui avait ouvert presque un siècle et demi plus tôt (1884), alors conçu comme un phalanstère, fut vendu à un magnat de l’immobilier puis à une chaîne d’hôtels concepts. Il doit désormais être rénové pour la somme de 40 millions de dollars.

En cette période agitée, Vanity Fair a demandé aux résidents, passés ou futurs, de raconter ce lieu mythique, qui vit Jack Kerouac coucher avec Gore Vidal, Andy Warhol tourner une partie de Chelsea Girls; Dylan Thomas y séjourner peu avant sa mort, Arthur Miller après son divorce de Marilyn Monroe.

Le producteur Scott Griffin raconte ainsi qu’à l’époque où il y louait une chambre le mélange le fascinait:

«Vous pouviez monter à un étage, discuter théâtre avec Stefan Brecht ; à un autre étage parler poésie avec Arnold Weinstein et puis descendre dîner au rez-de-chaussée avec Arthur Miller.»

Milos Forman se souvient du déclenchement de l’alarme incendie une nuit. Il sort voir ce qu’il se passe. Claque la porte de sa chambre derrière lui et se retrouve nu dans le couloir. Une voisine de chambre propose de lui passer une jupe. Tous regardent vers le cinquième étage où un appartement en feu se voit inonder d’eau par les pompiers. Et tandis qu’ils regardent le spectacle, ils font tourner des joints.

C’est une énergie étonnante que racontent aussi Rufus Wainwright, Crumb, ou Andy Warhol à travers son journal intime. Créant une «histoire orale» du lieu.

Newsletters

17 octobre 1961: quelles traces reste-t-il du massacre des Algériens à Paris?

17 octobre 1961: quelles traces reste-t-il du massacre des Algériens à Paris?

Dans un documentaire sonore produit par Binge Audio, Tristan Thil exhume des archives poignantes.

Avec «8 Rue de l'Humanité», Dany Boon fait rimer Covid et vide

Avec «8 Rue de l'Humanité», Dany Boon fait rimer Covid et vide

Directement sorti sur Netflix, le nouveau film du réalisateur de «Bienvenue chez les Ch'tis» se distingue avant tout par son sens de la blague éculée. Tout ça pour ça.

«Pleasure», la pornographie comme modèle et comme défi

«Pleasure», la pornographie comme modèle et comme défi

Le film de Ninja Thyberg accompagne une jeune fille dans les méandres de l'industrie du hard californienne.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio