Culture

Miley Cyrus presque nue pour Terry Richardson, comme Rihanna et tant d'autres avant elle

Temps de lecture : 2 min

Ça ne va pas arranger la réputation de copieuse de la jeune chanteuse...

Miley Cyrus selon Terry Richardson
Miley Cyrus selon Terry Richardson

Presque pas une journée ne se passe désormais sans que Miley Cyrus ne nous abreuve de son entreprise de provocation pour mieux marketer son passage d'héroïne Disney toute lisse à chanteuse adulte. Et ça fonctionne.

Autant auprès de ses fans que de ses haters sur les réseaux sociaux, des médias et même de ses consoeurs.

Tout a commencé avec sa réappropriation des codes de la culture afro-américaine: son envie d'avoir «un son black», et son fameux twerk qui a choqué l'Amérique blanche et l'Amérique noire, comme l'explique très bien le chercheur Franck Freitas à Brain:

«Tout comme le reste des ados consommateurs de rap, ce qui l'attire dans les codes noirs, c'est ce semblant de liberté qu'on prête aux classes défavorisées, qui tranche avec la vie aseptisée et bien rangée qu'on attribue d'habitude aux classes moyennes blanches. A l'opposé, Rihanna qui danse le twerk, ça ne choque personne.»

Rihanna –qui faisait de la nudité, du twerk et des excès sont fonds de commerce bien avant Miley– vient d'ailleurs de mettre en ligne sa nouvelle vidéo, où elle et ses danseuses twerkent sur l'eau et font du pole dance –le tout beaucoup mieux que Miley. C'est un peu l'équivalent d'un duéliste relevant le gant lancé par son adversaire avant de le tuer instantanément:

Le tout est évidemment intentionnel. Rihanna explique dans le making-of de sa vidéo «mes meufs font du twerk sur l'eau, vous n'avez jamais vu du twerk sur l'eau [...] On n'est pas dans le basique là».

Pendant que Rihanna répond en vidéo, Sinead O'Connor écrit. Elle a publié une lettre ouverte à sa jeune consoeur, pour lui dire que sa sexualisation publique n'était qu'une réification marketing destinée à faire de l'argent aux studios qui l'entourent, et que ce qu'elle voit comme une libération n'en est pas une.

Miley Cyrus, qui avait cité Sinead O'Connor comme une de ses inspirations pour sa décision de se couper les cheveux tout court, a répondu en sous-entendant que cette dernière était folle et qu'elle n'avait pas le temps de lui écrire une lettre ouverte puisqu'elle présente le Saturday Night Live cette semaine.

Dans une autre forme de réponse, Miley a posé à moitié nue ou dans un body-string échancré pour le photographe Terry Richardson qui a publié sur son blog une série de photos. Miley Cyrus en est très fière –elle a tweeté ces posts– mais ça n'arrangera pas particulièrement la réputation de copieuse qu'elle est en train de se faire.

Elle parviendra sûrement à choquer ceux qui veulent être choqués, mais elle ne brillera toujours pas par son originalité. Le photographe, en plus d'être connu pour aimer prendre en photo des filles les plus nues possibles et les rendre aussi mal à l'aise que possible, voire les harceler sexuellement –quand elles ne sont pas célèbres, fait en gros toujours les mêmes photos.

Voici donc Miley selon Terry en 2013:

Et Lady Gaga selon Terry en 2011:

Et Rosa Acosta selon Terry en 2009:

Miley selon Terry en 2013:

Rihanna selon Terry en 2012:

Miley selon Terry en 2013:

Rihanna selon Terry en 2013:

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

On attend donc la réponse de Rihanna en découvrant le photoshoot de Miley... Et le jour où les stars n'iront plus se faire photographier par Terry Richardson.

Newsletters

Virgil Abloh, visionnaire météorique de la mode

Virgil Abloh, visionnaire météorique de la mode

Le directeur artistique de la maison Louis Vuitton est mort à l'âge de 41 ans.

D'où viennent les plus gros rappeurs français? Paris, Marseille et la diagonale du vide

D'où viennent les plus gros rappeurs français? Paris, Marseille et la diagonale du vide

Deux cartes permettent de mettre en évidence de fortes polarisations parisienne et marseillaise. La Normandie s'en tire bien, à l'inverse de certains no man's land.

«On a inventé le crypto-communisme»: les acheteurs du NFT à 69 millions nous livrent leurs confidences

«On a inventé le crypto-communisme»: les acheteurs du NFT à 69 millions nous livrent leurs confidences

Dans leur premier entretien avec un média français, les fondateurs de Metapurse évoquent le tourbillon «post-Beeple», leurs ambitions pédagogiques, leur musée virtuel (et remercient Mark Zuckerberg d'avoir agité le drapeau du métavers).

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio