CultureCulture

A 8 ans, elle correspondait avec le Ku Klux Klan qui menaçait sa famille

Caroline Piquet, mis à jour le 02.10.2013 à 17 h 25

Capture d’écran du trailer de Correspondants. ©Christy Chan.

Capture d’écran du trailer de Correspondants. ©Christy Chan.

Maya Lau, dans le New York Times, raconte l’histoire incroyable de Christy Chan, une vidéaste et réalisatrice de 39 ans qui vit à San Francisco et travaille sur son nouveau projet, Pen Pals («Correspondants»), un film fondé sur ce qu’elle a vécu à l’âge de 8 ans

Née dans une famille d’immigrés chinois qui s’installe dans une petite ville rurale de Virginie, c’est elle qui lit et répond au courrier de la famille –ses parents ne savent pas lire l’anglais. Un jour, elle ouvre une étrange lettre signée «Le Magicien». Le Ku Klux Klan menace la famille et lui demande de quitter la ville.

Mais Christy n’est qu’une enfant, à peine comprend-elle les mots «suprématie blanche». Elle décide de répondre à son «nouvel ami», décorant ses lettres de paillettes, et espérant que «le Magicien va changer d’avis» sur sa famille (Le Grand Wizard –«magicien» en français– est le grade le plus élevé de la hiérarchie du Ku Klux Klan).

Vous pouvez visionner sur son site la bande-annonce de Pen Pals, pour lequel Christy Chan lance un appel aux dons.

Caroline Piquet
Caroline Piquet (60 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte