Culture

«Reflektor» d’Arcade Fire et son clip anti-Internet «pseudo-subversif»

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran du clip interactif de "Reflektor" d'Arcade Fire.
Capture d'écran du clip interactif de "Reflektor" d'Arcade Fire.

Sur The Altantic, le journaliste et auteur Joe Fassler dissèque le dernier clip d’Arcade Fire au laser (et l’embaume) dans une tribune acide, dans laquelle il se paie son côté «sournois» et prétendument subversif.

Le single Reflektor de leur quatrième album, dont la sortie est prévue le 29 octobre, a été rendu public le 9 septembre en deux versions. La première, diffusée sur YouTube, est une vidéo classique réalisée par Anton Corbijn. La seconde version est une «projection virtuelle» interactive, réalisée par Vincent Morisset, dans laquelle le spectateur peut, avec son smartphone ou sa tablette, activer différents effets visuels, jouer avec la lumière et les filtres (uniqueent sur Google Chrome).

«Le morceau est beau» et la production, sous l’influence de James Murphy, «superbe» explique Joe Flasser, avant de mettre le doigt sur l’énorme contradiction entre les paroles du morceau, qui appellent à se «déconnecter» d’Internet pour «s’en libérer» («Online, we are reflecting, not connecting» –«En ligne, nous ne nous connectons pas les uns aux autres, nous nous reflétons.») et son clip «interactif», réalisé en association avec Google, l’un des poids lourds du web. Il relève notamment:

«La morale anti-technologie des paroles est renforcée par l’interprétation de Morisset. Dans le clip, une danseuse haïtienne interprétée par Axelle Munezero est en quelque sorte contrôlée par l’Internet: elle danse comme une marionnette alors que nous pouvons modifier la façon dont son corps réfracte la lumière. (…) Toute cette interconnexion devient un outil de contrôle, de coercition et d’assujettissement.»

Newsletters

Au fait, c'est quoi la «moula»?

Au fait, c'est quoi la «moula»?

[L'Explication #66] Petit guide pour correctement utiliser ce mot en société.

Féminisme-washing, écologie de façade et néonazis acceptés: bienvenue au Hellfest

Féminisme-washing, écologie de façade et néonazis acceptés: bienvenue au Hellfest

L'édition 2022, qui a mobilisé plus de 400.000 personnes, a été le théâtre d'un décalage criant entre la communication du festival et la réalité.

Il est venu le temps du nettoyage des vitraux de Notre-Dame

Il est venu le temps du nettoyage des vitraux de Notre-Dame

Ils n'ont pas été abîmés par l'incendie de 2019, mais fortement encrassés. Le processus de nettoyage s'étale sur plusieurs années, mobilisant soixante-dix maîtres artisans.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio