Culture / Culture

«Reflektor» d’Arcade Fire et son clip anti-Internet «pseudo-subversif»

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran du clip interactif de "Reflektor" d'Arcade Fire.
Capture d'écran du clip interactif de "Reflektor" d'Arcade Fire.

Sur The Altantic, le journaliste et auteur Joe Fassler dissèque le dernier clip d’Arcade Fire au laser (et l’embaume) dans une tribune acide, dans laquelle il se paie son côté «sournois» et prétendument subversif.

Le single Reflektor de leur quatrième album, dont la sortie est prévue le 29 octobre, a été rendu public le 9 septembre en deux versions. La première, diffusée sur YouTube, est une vidéo classique réalisée par Anton Corbijn. La seconde version est une «projection virtuelle» interactive, réalisée par Vincent Morisset, dans laquelle le spectateur peut, avec son smartphone ou sa tablette, activer différents effets visuels, jouer avec la lumière et les filtres (uniqueent sur Google Chrome).

«Le morceau est beau» et la production, sous l’influence de James Murphy, «superbe» explique Joe Flasser, avant de mettre le doigt sur l’énorme contradiction entre les paroles du morceau, qui appellent à se «déconnecter» d’Internet pour «s’en libérer» («Online, we are reflecting, not connecting» –«En ligne, nous ne nous connectons pas les uns aux autres, nous nous reflétons.») et son clip «interactif», réalisé en association avec Google, l’un des poids lourds du web. Il relève notamment:

«La morale anti-technologie des paroles est renforcée par l’interprétation de Morisset. Dans le clip, une danseuse haïtienne interprétée par Axelle Munezero est en quelque sorte contrôlée par l’Internet: elle danse comme une marionnette alors que nous pouvons modifier la façon dont son corps réfracte la lumière. (…) Toute cette interconnexion devient un outil de contrôle, de coercition et d’assujettissement.»

Caroline Piquet

Newsletters

New York, années 1980, souvenirs d’une époque disparue

New York, années 1980, souvenirs d’une époque disparue

Regarder les photographies de New York prises par Robert Herman dans les années 1980, c’est un petit peu comme regarder un film. Une fois transportés vers une époque de New York de plus en plus aimée et mythifiée à mesure qu’on s’en éloigne, le...

Beyoncé et Britney Spears doivent beaucoup à Michael Jackson (pas le chanteur, le danseur)

Beyoncé et Britney Spears doivent beaucoup à Michael Jackson (pas le chanteur, le danseur)

Moonwalk, anti-gravity lean, balancé testiculaire… Michael Jackson maîtrisait certes des «steps» hors de portée du commun des mortels, mais il a surtout introduit une certaine idée du métissage chorégraphique sur les dance floors.

Voici ce que vous auriez pu faire des 16.000 ans que vous avez passé à regarder «Gangnam Style»

Voici ce que vous auriez pu faire des 16.000 ans que vous avez passé à regarder «Gangnam Style»

Le clip de Gangnam Style, le tube du sud-coréen Psy, a dépassé la barre des 2 milliards de vues sur Youtube cette semaine. Depuis le 12 juillet 2012, date de mise en ligne de la vidéo sur YouTube, nous aurions ainsi passé plus de 140 millions d...

Newsletters