Égalités / Culture

DC Comics censure le mariage lesbien de Batwoman, les auteurs démissionnent

Temps de lecture : 2 min

Batwoman (DC Comics)
Batwoman (DC Comics)

La jolie rousse Kate Kane, aka Batwoman, n’épousera pas Maggie, la fliquette de Gotham City. DC Comics l’a formellement interdit à ses deux papas, le dessinateur et coscénariste J.H. Williams et le coscénariste W. Haden Blackman, rapporte le Hollywood Reporter. «Frustrés et en colère», les deux auteurs ont annoncé mercredi sur leur blog leur intention d’arrêter la série après la publication du 26e numéro, prévu en décembre, en raison des «directives éditoriales» de l’éditeur:

«Malheureusement, depuis plusieurs mois, DC nous a demandé de modifier ou d'éliminer complètement des pans entiers de l’aventure, ce qui compromet selon nous les personnages et la série. On nous a demandés de laisser tomber certains aspects des origines de Killer Croc, obligés de modifier radicalement la fin de notre arc narratif [...]. Et, plus marquant encore, DC nous a interdit de marier Kate et Maggie.»

Selon le Daily Dot, les fans —y compris les professionnels— ont été bouleversés par cette annonce, qui illustre le décalage énorme entre les maisons Marvel et DC, sur la question de la diversité. Marvel, rappelle The Tought Bubble, n’a aucun complexe à célébrer des mariages entre personnages de même sexe:

Les aventures de Batwoman, apparue pour la première fois en 1956 dans Detective Comics, avaient été relancées en 2010. Dans le 17e numéro de la série, Kate Kane avait demandé la main de sa petite amie.

La jeune femme est l’un des premiers personnages ouvertement gays de l’univers de DC et ce mariage lesbien devait être le premier du genre dans l’histoire des comics mainstream. Toutefois, sur Twitter, Williams a laissé entendre que DC Comics ne s’opposait pas vraiment au mariage gay, mais au mariage tout court. L’ingérence de trop pour les deux auteurs:

«Toutes ces décisions éditoriales sont venues au dernier moment, et ce alors que nos plans étaient bouclés depuis plus d'un an. Nous avons compris que, malgré notre amour pour le personnage, il n'appartenait au final qu'à DC Comics.»

Newsletters

Des fans de «Harry Potter» veulent effacer leurs tatouages

Des fans de «Harry Potter» veulent effacer leurs tatouages

Depuis les propos de J. K. Rowling sur les trans, des milliers de gens regrettent de s'être fait tatouer des dessins en lien avec la saga.

La lutte contre les violences sexuelles dans le sport fait un bond en avant

La lutte contre les violences sexuelles dans le sport fait un bond en avant

D'ordinaire, je ne suis pas fana des conférences de presse sur ces sujets, mais le 1er juillet les intervenant·es du ministère m'ont convaincue des avancées en la matière.

Où sont les femmes de la littérature? Pas dans les manuels scolaires

Où sont les femmes de la littérature? Pas dans les manuels scolaires

[TRIBUNE] Comment expliquer et accepter cette durable disproportion entre autrices et auteurs dans nos programmes éducatifs?

Newsletters