Égalités / Culture

DC Comics censure le mariage lesbien de Batwoman, les auteurs démissionnent

Temps de lecture : 2 min

Batwoman (DC Comics)
Batwoman (DC Comics)

La jolie rousse Kate Kane, aka Batwoman, n’épousera pas Maggie, la fliquette de Gotham City. DC Comics l’a formellement interdit à ses deux papas, le dessinateur et coscénariste J.H. Williams et le coscénariste W. Haden Blackman, rapporte le Hollywood Reporter. «Frustrés et en colère», les deux auteurs ont annoncé mercredi sur leur blog leur intention d’arrêter la série après la publication du 26e numéro, prévu en décembre, en raison des «directives éditoriales» de l’éditeur:

«Malheureusement, depuis plusieurs mois, DC nous a demandé de modifier ou d'éliminer complètement des pans entiers de l’aventure, ce qui compromet selon nous les personnages et la série. On nous a demandés de laisser tomber certains aspects des origines de Killer Croc, obligés de modifier radicalement la fin de notre arc narratif [...]. Et, plus marquant encore, DC nous a interdit de marier Kate et Maggie.»

Selon le Daily Dot, les fans —y compris les professionnels— ont été bouleversés par cette annonce, qui illustre le décalage énorme entre les maisons Marvel et DC, sur la question de la diversité. Marvel, rappelle The Tought Bubble, n’a aucun complexe à célébrer des mariages entre personnages de même sexe:

Les aventures de Batwoman, apparue pour la première fois en 1956 dans Detective Comics, avaient été relancées en 2010. Dans le 17e numéro de la série, Kate Kane avait demandé la main de sa petite amie.

La jeune femme est l’un des premiers personnages ouvertement gays de l’univers de DC et ce mariage lesbien devait être le premier du genre dans l’histoire des comics mainstream. Toutefois, sur Twitter, Williams a laissé entendre que DC Comics ne s’opposait pas vraiment au mariage gay, mais au mariage tout court. L’ingérence de trop pour les deux auteurs:

«Toutes ces décisions éditoriales sont venues au dernier moment, et ce alors que nos plans étaient bouclés depuis plus d'un an. Nous avons compris que, malgré notre amour pour le personnage, il n'appartenait au final qu'à DC Comics.»

Caroline Piquet

Newsletters

Racisme: prendre les Lumières au sérieux, c'est se confronter à leur côté obscur

Racisme: prendre les Lumières au sérieux, c'est se confronter à leur côté obscur

Comment les Lumières ont créé la pensée raciste contemporaine et pourquoi nous ne devons pas le passer sous silence.

Trop éduquées, trop ambitieuses: les femmes mongoles ont du mal à trouver un mari

Trop éduquées, trop ambitieuses: les femmes mongoles ont du mal à trouver un mari

Avec le tournant des années 1990, les femmes ont eu accès à l'éducation: la pression culturelle demeure.

Hitchcock, Zanuck, Cohn, Warner et Mayer étaient les Weinstein du XXe siècle

Hitchcock, Zanuck, Cohn, Warner et Mayer étaient les Weinstein du XXe siècle

Avec des hommes tout-puissants à leur tête, les studios hollywoodiens avaient fait du harcèlement, du viol et du chantage sexuel des pratiques systémiques. Des maisons closes trop pleines, comme les décrivait Marilyn Monroe.

Newsletters