CultureCulture

Où sont passés les rappeurs gros?

Anaïs Bordages, mis à jour le 30.09.2013 à 10 h 47

Rick Ross, le dernier rappeur gros? REUTERS/Mario Anzuoni

Rick Ross, le dernier rappeur gros? REUTERS/Mario Anzuoni

Dans les années 1990, les rappeurs arboraient leur poids avec fierté à travers leurs pseudos. Il y avait les «gros» -Notorious BIG, Fat Joe-, le «joufflu», Chubb Rock, ou encore le «lourdaud», Heavy D.

Aujourd’hui, la plupart des rappeurs US ont abandonné ce genre d'épithètes. Ils sont sexys, exhibent leurs corps musclés dans leurs clips et s’allient à Michelle Obama pour prôner l’amour du légume.

Et c’est après avoir vu en concert l’une des rares exceptions, le rappeur Gift of Gab et ses 130 kilos, qu’Emilia Petrarca du Daily Beast s’est demandé où étaient passés tous les rappeurs gros.

Si l’on jette un rapide coup d’œil à la scène rap actuelle -A$AP Rocky, Kendrick Lamar, Pusha T, Mykki Blanco, sans oublier Kanye, Eminem et Jay-Z- effectivement, pas de gros en vue. Même Fat Joe n’est plus «fat».

Que s’est-il passé? D’abord, Emilia Petrarca rappelle que les années 1990 ont été le début d’une prise de conscience aux Etats-Unis. L’obésité, jusqu’alors acceptée ou ignorée, est soudainement devenue une «épidémie» qu’il fallait combattre. Et lorsque plusieurs rappeurs se sont mis à avoir des problèmes de santé liés à leur poids, les mentalités ont commencé à changer.

En 2000, le rappeur Big Pun est décédé d’un arrêt cardiaque à l’âge de 28 ans. Il pesait plus de 300 kilos.

«Lorsque Pun est mort, j’ai fait un régime et j’ai perdu 50 kilos, raconte Fat Joe. (…) L’année dernière, j’ai perdu six amis à cause d’une crise cardiaque. Tous plus jeunes que moi. Ils avaient l’air en bonne santé. Ils étaient comme moi -ils faisaient les mêmes blagues, ils étaient cool- mais ils sont tous morts.»

Aujourd'hui, on voit donc de moins en moins de rappeurs gros: parmi les plus connus, il reste Gift of Gab, Rick Ross, ou encore Action Bronson.

Par ailleurs, le monde du rap s’est considérablement rapproché de celui de la mode ces dernières années. «Les nouveaux nababs du rap affichent des goûts en matière de style qui n’ont rien à envier aux magazines les plus pointus et/ou luxueux», notait Le Monde début août. Or, la mode n’aime pas les gros.

Dans leur album commun sorti en 2012, Watch The Throne, Jay-Z et Kanye West affichaient leur amour du luxe et mentionnaient des marques telles que Louis Vuitton, Hermès, Gucci ou Louboutin. Kanye a même récemment sorti une ligne de vêtements en collaboration avec APC.

«Au lieu de voir les rappeurs porter des t-shirts "hip hop", on en voit certains comme Theophilus London, A$AP Rocky, Nas -la liste est longue- collaborer avec des créateurs de luxe et s’asseoir au premier rang des défilés lors de la Fashion Week de New York» écrit ainsi la journaliste du Daily Beast.

Mais si la scène rap maigrit, l’Amérique, elle grossit: une étude du centre de prévention et de lutte contre les maladies, publiée en mai 2012, prédisait en effet que 42% d’Américains seraient obèses en 2030.

Anaïs Bordages
Anaïs Bordages (105 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte