Culture / Culture

La liste des films essentiels selon Spike Lee, cette fois avec des femmes

Temps de lecture : 2 min

Spike Lee au 69e festival du film de Venise, à Venise, le 31 août 2012. REUTERS/Max Rossi
Spike Lee au 69e festival du film de Venise, à Venise, le 31 août 2012. REUTERS/Max Rossi

Fin juillet, j'ai partagé avec vous la liste des films essentiels selon Spike Lee, que le réalisateur donne chaque année à ses étudiants en master à la New York University et qu'il avait postée en ligne dans le cadre de sa campagne Kickstarter.

Elle incluait un large éventail de films attendus et inattendus: beaucoup de réalisateurs vénérés manquent à l'appel (on n'y trouve par exemple ni Howard Hawks ni John Ford), et quelques uns de ceux inclus dans la liste le sont pour des films pas toujours évidents (Stenven Spielberg pour son Empire du Soleil et Rencontres du Troisième Type, Woody Allen pour Zelig, Orson Welles pour La Soif du Mal mais pas Citizen Kane).

Par ailleurs, comme moi et d'autres l'avons noté, les réalisatrices étaient complètement oubliées de la liste, à part Katia Lund, co-réalisatrice de La Cité de Dieu.

Il semble que Spike Lee a pris ces critiques à coeur. Dans son plus récent message sur Kickstarter, le réalisateur présente une liste révisée de ses «films essentiels», avec une note à l'intention de ses soutiens:

«Alors que le premier semestre s'approche à NYU, nous avons pensé que nous pourrions republier ma liste de films essentiels revue et corrigée (avec des femmes réalisatrices). Beaucoup d'entre vous m'ont informé de cette omission. Merci de me l'avoir fait savoir.

Paix et amour,

Spike»

La liste passe ainsi de 86 à 94 films essentiels. Ces réalisatrices tout juste ajoutées incluent Euzhan Palcy (Rue Case-Nègres), Jane Campion (La leçon de piano), Julie Dash (Daughters of the Dust), et Kathryn Bigelow (Démineurs). Lina Wertmüller est la femme la plus représentée de la liste avec quatre films, dont Pasqualino, le film en italien datant de 1975 qui a fait d'elle la première femme nommée à l'Oscar du meilleur réalisateur.

Ce sont tous des choix solides, loin d'ajouts bâclés pour faire illusion. Ils viennent de partout et représentent un large spectre de styles de réalisation.

Vous pouvez voir la liste révisée ci-dessous:

Au fait, bien qu'on n'en sache toujours pas beaucoup sur le film que Spike Lee a réussi à financer grâce à Kickstarter, on en sait un peu plus sur le casting: les rôles principaux seront tenus par deux acteurs montants, Stephen Tyrone Williams et Zaraah Abrahms. Et, nouvelle réjouissante, Lee vient d'annoncer que Michael K. Williams, Omar dans Sur écoute, rejoint le projet.

Aisha Harris

Traduit et adapté par Cécile Dehesdin

Aisha Harris Journaliste

Newsletters

New York, années 1980, souvenirs d’une époque disparue

New York, années 1980, souvenirs d’une époque disparue

Regarder les photographies de New York prises par Robert Herman dans les années 1980, c’est un petit peu comme regarder un film. Une fois transportés vers une époque de New York de plus en plus aimée et mythifiée à mesure qu’on s’en éloigne, le...

Beyoncé et Britney Spears doivent beaucoup à Michael Jackson (pas le chanteur, le danseur)

Beyoncé et Britney Spears doivent beaucoup à Michael Jackson (pas le chanteur, le danseur)

Moonwalk, anti-gravity lean, balancé testiculaire… Michael Jackson maîtrisait certes des «steps» hors de portée du commun des mortels, mais il a surtout introduit une certaine idée du métissage chorégraphique sur les dance floors.

Voici ce que vous auriez pu faire des 16.000 ans que vous avez passé à regarder «Gangnam Style»

Voici ce que vous auriez pu faire des 16.000 ans que vous avez passé à regarder «Gangnam Style»

Le clip de Gangnam Style, le tube du sud-coréen Psy, a dépassé la barre des 2 milliards de vues sur Youtube cette semaine. Depuis le 12 juillet 2012, date de mise en ligne de la vidéo sur YouTube, nous aurions ainsi passé plus de 140 millions d...

Newsletters