Les musiciens se jugent avec les yeux davantage qu'avec les oreilles

Igudesman & Joo at Carnegie Hall, 2012, May S. Young via Flickr CC License by.

Igudesman & Joo at Carnegie Hall, 2012, May S. Young via Flickr CC License by.

Ce sont vos yeux, et non vos oreilles, qui jugent les musiciens. Une conclusion qui pourrait paraître recevable concernant la musique pop, compte-tenu de l’importance de l’identité visuelle des artistes, mais qui semble plus étonnante au sujet de la musique classique. C’est pourtant ce que suggère une étude publiée dans la revue Proceedings of National Academy of Science le 19 août, et dont Discover Magazine présente les résultats.

L’étude se fonde sur une expérimentation menée auprès d’auditeurs de musique classique novices et de membres de jurys professionnels —près de 1.200 personnes au total. On leur a soumis les enregistrements des auditions de finalistes de compétitions internationales de musique classique, en leur demandant de deviner quels musiciens étaient sortis vainqueurs. Certains avaient accès à un simple enregistrement audio, d’autres à un enregistrement vidéo avec le son, et d’autres à une vidéo muette.

Chez les novices comme chez les professionnels, le groupe de ceux qui avaient visionné les vidéos muettes est celui qui a le mieux réussi à deviner les gagnants des concours, avec 47% de bonnes réponses. Ceux qui ont eu accès à la vidéo avec le son arrivent en seconde position, avec un tiers de réponses justes, tandis que ceux qui n’avaient accès qu’à l’enregistrement audio n’ont su trouver les vainqueurs des concours que dans 26% des cas.

Des résultats surprenant alors que presque tous les participants affirmaient que le son est ce qui compte le plus dans une audition.

Chia-Jung Tsay, la psychologue qui a menée l’étude à University College de Londres, est aussi pianiste. Elle a commencé à s’intéresser à cette question lorsqu’elle a réalisé qu’elle était plus souvent retenue par des jurys qui demandaient d’envoyer une vidéo que par ceux qui demandaient un simple enregistrement.

Selon elle, les jurys s’attachent beaucoup plus aux éléments visuels qu’ils ne se l’imaginent. Ce n’est pas tellement l’apparence physique du musicien qui compte, mais plutôt la passion qu’il dégage. Cette étude souligne l’importance de l’impact émotionnel en musique, et remet en question la pertinence des auditions à l’aveugle, destinées à éviter de favoriser les musiciens «visuellement stimulants».  

D’après Chia-Jung Tsay, cité par The Australian, ses conclusions s’appliqueraient même «à tout contexte qui appelle au jugement professionnel d’une performance».   

Partager cet article