Culture / Culture

Plagiat de «Blurred lines»: lisez la plainte annotée de Robin Thicke et Pharrell

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran de la vidéo de «Blurred Lines»
Capture d'écran de la vidéo de «Blurred Lines»

Le chanteur Robin Thicke a demandé à la justice américaine ce vendredi 16 août de certifier l'originalité de son tube Blurred Lines et d'en verrouiller le copyright, rapporte l'AFP.

La chanson, qui dispute à Get Lucky des Daft Punk le titre de chanson de l'été, est jugée trop proche de Got to Give It Up, de Marvin Gaye, par la famille de la légende soul, et de Sexy Ways, de Funkadelic, par Bridgeport Music Inc., qui possède les droits de ce groupe.

Robin Thicke et ses collaborateurs sur le single, Pharrell Williams et le rappeur T.I., ne sont pas d'accord, et ont déposé une requête devant une cour fédérale à Los Angeles avant d'être poursuivis, pour empêcher toute potentielle poursuite.

Le site Rapgenius, sorte de wiki du rap qui permet aux internautes d'annoter leurs morceaux de rap préférés pour mieux en expliciter les paroles, a eu la bonne idée d'appliquer son concept à la plainte déposée.

Rapgenius.com publie donc la-dite plainte, annotée, (cliquez sur les passages en orange pour voir les commentaires apparaître), ce qui permet de donner un contexte nécessaire pour comprendre toute l'affaire –et de lire quelques blagues au passage.

La plainte affirme par exemple que Bridgeport Music Inc. a pour but de «rechercher des opportunités de menacer de poursuivre et de poursuivre des musiciens, des chnateurs, des producteurs et d'autres travailleurs de l'industrie musicale pour violation de copyright».

Une annotation explique qu'en effet, Bridgeport a été décrite comme un «troll à samples» musicaux (sur le modèle du «troll à brevets», dont la principale activité économique est le litige de brevets), utilisant entre autres le catalogue musical de George Clinton, leader de Funkadelic, pour poursuivre des centaines de personnes. Le tout au grand dam de George Clinton, qui estime que l'entreprise a volé les droits de ses chansons.

George Clinton a tweeté son soutien à Robin Thicke, Pharrell et T.I.

Une autre annotation rappelle que Robin Thicke n'a jamais caché avoir été inspiré par Got to Give it Up, de Marvin Gaye. Mais la plainte estime qu'«offrir des réminiscences d'un "son" ne constitue pas une violation de copyright».

Cécile Dehesdin Rédactrice en chef adjointe

Newsletters

New York, années 1980, souvenirs d’une époque disparue

New York, années 1980, souvenirs d’une époque disparue

Regarder les photographies de New York prises par Robert Herman dans les années 1980, c’est un petit peu comme regarder un film. Une fois transportés vers une époque de New York de plus en plus aimée et mythifiée à mesure qu’on s’en éloigne, le...

Beyoncé et Britney Spears doivent beaucoup à Michael Jackson (pas le chanteur, le danseur)

Beyoncé et Britney Spears doivent beaucoup à Michael Jackson (pas le chanteur, le danseur)

Moonwalk, anti-gravity lean, balancé testiculaire… Michael Jackson maîtrisait certes des «steps» hors de portée du commun des mortels, mais il a surtout introduit une certaine idée du métissage chorégraphique sur les dance floors.

Voici ce que vous auriez pu faire des 16.000 ans que vous avez passé à regarder «Gangnam Style»

Voici ce que vous auriez pu faire des 16.000 ans que vous avez passé à regarder «Gangnam Style»

Le clip de Gangnam Style, le tube du sud-coréen Psy, a dépassé la barre des 2 milliards de vues sur Youtube cette semaine. Depuis le 12 juillet 2012, date de mise en ligne de la vidéo sur YouTube, nous aurions ainsi passé plus de 140 millions d...

Newsletters