Culture / Culture

Le dramaturge Mark Ravenhill fait polémique lors d'un discours au Festival d'Edimbourg

Temps de lecture : 2 min

Mark Ravenhill / Andy Miah via Flickr CC Licence By
Mark Ravenhill / Andy Miah via Flickr CC Licence By

Lors de l’ouverture du Fringe festival d’Edimbourg, le dramaturge Mark Ravenhill a joué la provocation pour son discours inaugural, comme le relate la BBC.

Certes, le spectacle vivant et les autres formes de création artistique risquent de vivre des temps difficiles dans la décennie à venir en raison des coupes budgétaires envisagées dans la culture, a-t-il admis. Mais, pour l’auteur, c’est peut-être une bonne chose, car «les arts sont devenus sans risque et bien élevés durant les années de gouvernement du New Labour».

«Je pense qu’ils ne disaient pas la vérité: la vérité sale, dangereuse, hilarante, agaçante, perturbante, bruyante et merveilleuse, aussi souvent qu’ils auraient du le faire.»

Quand le Labour —le parti travailliste— est arrivé au pouvoir, l'augmentation du budget de la culture a été récompensé par une mentalité plus conformiste des artistes, considère Ravenhill. «Les artistes ont commencé à penser l’art comme une commission culturelle du New Labour en bonne entente avec l’entreprise… Et c’est peut-être la qu’il y a un problème»

Et le dramaturge de poursuivre:

«Peut-être l’artiste libéré de toute relation avec quelque financement public que ce soit est-il le plus libre de tous? Si je n’avais pas à remplir des formulaires, à cocher des cases, à prouver à quel point moi et mon projet sommes bons, gentils et méritants à un responsable bien-pensant, peut-être que je ferais quelque chose de mieux —de plus authentique, de plus radical?»

Alors, faut-il en conclure que l’auteur se positionne comme conservateur dans une communauté qui naturellement penche plutôt à gauche et pour le Labour? Pas nécessairement. Les artistes doivent continuer à répondre «à l’énorme bouleversement du capitalisme», et défendre cette vérité artistique serait «la seule manière possible pour trouver un chemin vers un futur différent».

L'artiste a d’ailleurs, sur twitter, exprimé des regrets et estime avoir été mal compris par la BBC. «Bien entendu je n'appelle pas à des coupes budgétaires», a-t-il précisé.

Les principales citations de son discours peuvent être lues ici. Elles témoignent que l'artiste voulait surtout appeler la communauté culturelle à plus de folie et de prise de risque.

Jean-Laurent Cassely Journaliste

Newsletters

New York, années 1980, souvenirs d’une époque disparue

New York, années 1980, souvenirs d’une époque disparue

Regarder les photographies de New York prises par Robert Herman dans les années 1980, c’est un petit peu comme regarder un film. Une fois transportés vers une époque de New York de plus en plus aimée et mythifiée à mesure qu’on s’en éloigne, le...

Beyoncé et Britney Spears doivent beaucoup à Michael Jackson (pas le chanteur, le danseur)

Beyoncé et Britney Spears doivent beaucoup à Michael Jackson (pas le chanteur, le danseur)

Moonwalk, anti-gravity lean, balancé testiculaire… Michael Jackson maîtrisait certes des «steps» hors de portée du commun des mortels, mais il a surtout introduit une certaine idée du métissage chorégraphique sur les dance floors.

Voici ce que vous auriez pu faire des 16.000 ans que vous avez passé à regarder «Gangnam Style»

Voici ce que vous auriez pu faire des 16.000 ans que vous avez passé à regarder «Gangnam Style»

Le clip de Gangnam Style, le tube du sud-coréen Psy, a dépassé la barre des 2 milliards de vues sur Youtube cette semaine. Depuis le 12 juillet 2012, date de mise en ligne de la vidéo sur YouTube, nous aurions ainsi passé plus de 140 millions d...

Newsletters