CultureCulture

Spike Lee: pourquoi il fait financer son film par Kickstarter

Aisha Harris, mis à jour le 31.07.2013 à 9 h 49

Capture d'écran de la vidéo de Spike Lee

Capture d'écran de la vidéo de Spike Lee

Cela fait une semaine que Spike Lee a annoncé sa campagne Kickstarter pour son prochain film, un projet sans titre pour l'instant, à propos de «l'addiction au sang».

De façon peu surprenante, la levée de fonds du réalisateur a déclenché des critiques, qui se posent la question de savoir s'il est déontologique de demander de l'argent à des fans quand on est quelqu'un de l'importance de Spike Lee. 

Spike Lee n'a pas très bien vendu les problèmes de financement qui ont traversé sa carrière dans son pitch de départ, et le réalisateur en parle plus directement dans une nouvelle vidéo.

«On faisait Kickstarter avant qu'il y ait Kickstarter, dit-il, on n'avait simplement pas la technologie.»

Il explique ses efforts pour lever des fonds depuis la base au début de sa carrière –en passant des coups de fil, en rendant visite à des donateurs potentiels–, et souligne que les sites de financement participatif comme Kickstarter sont simplement une version technologiquement avancée de ce que lui (et d'autres) font depuis des années.

Il argue également que cette campagne profitera non seulement à lui mais aussi aux films indépendants plus généralement. Grâce à son implication, dit-il, ceux qui n'avaient jamais entendu parler de Kickstarter –en particulier les noirs– pourraient désormais le considérer comme une option viable pour produire leurs propres oeuvres.

Spike Lee réfute, à raison, l'idée que le succès de cette levée de fonds participatifs prendra de l'argent qui serait normalement allé à des artistes moins établis, la qualifiant d'«idée fausse». Beaucoup de personnes qui ont soutenu des campagnes à succès comme celle pour le film Veronica Mars ou pour le prochain film de Zach Braff n'avaient jamais été sur Kickstarter avant –et Spike Lee pense que ces donateurs auront plus tendance à soutenir d'autres projets à l'avenir.

Ce sont des arguments solides, et ils devraient aider les efforts de Spike Lee. Mais ils arrivent peut-être trop tard, et ne suffisent pas. Spike Lee n'a toujours pas fait de façon adéquate la promotion du projet qu'il veut créer avec l'argent collecté, et ses raisons expliquant son silence sur ce point ne sont pas très convaincantes.

«C'est un THRILLER, dit-il. Pour qu'un film de ce genre fonctionne, moins je donne de détails, mieux c'est pour que le film fonctionne avec le public, ils ne peuvent pas savoir grand-chose dessus avant de s'asseoir dans une salle de ciné pour le voir.»

Pour l'instant, Spike Lee a récolté plus de 400.000 dollars sur les 1,25 million qu'il demande, et il lui reste 22 jours. Pas mal, mais pas génial non plus, surtout si on compare ça au succès immédiat remporté par les projets de Zach Braff et de Veronica Mars qu'il continue d'invoquer. 

Il a obtenu 10.000 dollars de Steven Soderbergh, qui a également fourni un soutien écrit à Spike Lee et à son projet. Dans un court billet sur la page Kickstarter, Steven Soderbergh écrit son admiration pour le réalisateur, citant Spike Lee comme une de ses grandes influences quand il était jeune réalisateur dans les années 1980. «Je connais mieux les films de Spike que Spike (peut-être que le match des Knicks va aider à y remedier)», écrit-il, en faisant référence à la récompense qu'il va recevoir pour sa contribution généreuse.

«Mais nous sommes assez amis pour que je puisse dire que je le respecte en tant que personne et en tant que réalisateur.» C'est un compliment qui convient bien venant d'un réalisateur comme Steven Soderbergh, dont la carrière dans et hors d'Hollywood rappelle celle de Spike Lee.

Quant à Spike Lee, il semble indifférent à ses critiques, qui font partie de sa carrière depuis le début, note-t-il. «Je fais avec.»

Aisha Harris

Traduit par C.D.

Aisha Harris
Aisha Harris (35 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte